Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Héritocratie

Un essai sur la difficulté historique des grandes écoles à refléter la société dans son ensemble

Un essai sur la difficulté historique des grandes écoles à refléter la société dans son ensemble

Aujourd’hui je vais évoquer Héritocratie essai socio-historique de Paul Pasquali. Le sous-titre est Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020). Le sociologue s’immerge dans ce thème au cœur de polémiques et d’ambitions politiques pas toujours accomplies. La définition même de la notion de mérite tant vanté est souvent complexe au vu des résultats des enquêtes sociologiques sur ces lieux d’instruction de haut niveau.

Héritocratie propose l’histoire sur un siècle et demi des établissements d’excellence (les grandes écoles à la française) et de leur public. Cette approche chronologique est passionnante car elle met en lumière la permanence de l’homogénéité sociale des élèves en dépit des multiples tentatives de tous ordres pour diversifier le recrutement et l’origine des élèves. Force est de constater que les discours ne sont pas suivis d’actes et que le mérite, les compétences et les capacités comptent moins que l’appartenance sociale et l’héritage familial pour expliquer les chances d’intégrer ces lieux de formation et d’acquisition du savoir. L’idée n’est pas de faire le procès de ces institutions souvent parisiennes (HEC, ENA, Polytechnique, Normale Sup, Centrale et les classes préparatoires permettant d’y accéder) mais de comprendre pourquoi l’immense majorité des élèves sont issus de groupes favorisés. Et surtout de mettre en exergue que la formation des élites n’est pas ouverte à toute la société et qu’immanquablement le facteur déterminant pour suivre ces cursus est la classe sociale d’appartenance souvent corrélée au pouvoir économique et culturel. C’est sous la IIIe République que les grandes écoles ont commencé à se développer. Déjà à l’époque les étudiants étaient socialement distingués et les catégories supérieures étaient sur représentées dans les classes de ces écoles. La situation a peu évolué au fil des décennies. L’auteur recense des enquêtes et des études statistiques sur la composition des cohortes concernées et de leur milieu social d’origine. Force est d’admettre que c’est toujours l’héritocratie qui triomphe de la méritocratie. Malgré la volonté politique, notamment à travers l’instauration de quotas sur le nombre de boursiers par exemple, la composition des bancs des grandes écoles demeure insuffisamment diversifiée. Les thèmes abordés dans Héritocratie sont ceux de la reproduction et de la mobilité sociale. Les thèses de Pierre Bourdieu sont une fois encore illustrées et validées. Paul Pasquali s’intéresse aux différents dispositifs mis en place assez récemment pour ouvrir davantage ces écoles et analyse les réels impacts des choix effectués. Science Po et les voies de recrutement pour les lycéens de banlieue (avec les CEP) représente l’archétype des efforts (en l’occurrence très médiatisés par Richard Descoing) pour élargir la base de recrutement des grandes écoles. Les résultats plusieurs années après sont mitigés, même si cela constitue malgré tout un incontestable progrès. La tentative plus ancienne de troisième voie d’intégration de l’ENA a fait long feu et a été supprimée, en partie sous l’influence des anciens issus de la « voie royale ».Des exemples existent de cas atypiques de réussite mais rares sont les fils d’ouvriers figurant parmi la liste des élèves des grandes écoles. L’essai permet de pénétrer les arcanes du milieu de la formation universitaire et la question de la sélection. Le sociologue documente bien l’opposition entre les plus prestigieuses filières et les facultés. Les premières restent à l’écart des effets de la démocratisation forcée avec l’arrivée massive d’étudiants à l’université.

Héritocratie est un ouvrage important qui étaye ses conclusions sur le résultat d’études chiffrées. Aujourd’hui encore, malgré certaines démarches volontaristes (spontanées ou intéressées) les grandes écoles ne sont pas le reflet de la composition de la société et les chances d’y accéder sont inégales et ne reposent pas sur le mérite contrairement à ce qui devrait être.

Voilà, je vous ai donc parlé d’Héritocratie de Paul Pasquali paru aux éditions La découverte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article