Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

La fabrique des pandémies

Une enquête auprès de scientifiques sur les nouvelles pandémies

Une enquête auprès de scientifiques sur les nouvelles pandémies

Aujourd’hui je vais évoquer La fabrique des pandémies essai instructif de Marie-Monique Robin. Le sous-titre de l’ouvrage est Préserver la biodiversité un impératif pour la santé planétaire. La journaliste connue pour ses enquêtes et ses lancements d’alertes a rédigé cet ouvrage dans les mois qui ont suivi le déclenchement du Covid-19. Son livre est la compilation d’une soixantaine d’entretiens (menés à distance) avec d’éminents scientifiques intéressés par les questions d’écologie, d’épidémies et de santé publique.

La journalise cherche à comprendre les raisons de l’apparition du Covid-19, à interroger les informations qui se succèdent à un rythme effréné avec des données volatiles et pas toujours étayées et confirmées. La démarche est passionnante ; elle consulte des spécialistes qui n’ont pas toujours l’oreille des médias. Le premier constat est que ce qui est survenu avec le Covid-19 était prévu ; les chercheurs n’ont pas été surpris, les dommages causés à la planète par l’urbanisation, la déforestation et l’agriculture intensive ne pouvaient que conduire à une telle pandémie. La lecture de La fabrique des pandémies montre l’impact grandissant de l’homme sur la terre et met en exergue le rôle délétère qui pourrait s’accentuer. Parmi les constats de cet essai : « les épidémies de zoonoses et de maladies à transmission vectorielle sont liées aux pertes de biodiversité, mesurées par le nombre d’espèces sauvages menacées ou par la densité du couvert forestier. » Longtemps des études scientifiques ont identifié des problématiques mais la course à la productivité et à la croissance économique ont mis un voile sur ces éléments. Le Covid-19 pendant quelques mois a contribué à une prise de conscience dont rien ne dit qu’elle va perdurer. Avec cet ouvrage Marie-Monique Robin propose : « une vision écologique de l’émergence des maladies, où l’homme par son incursion dans l’environnement naturel, ses changements de mode de vie, ses voyages ou ses migrations a transformé des virus jusque-là inoffensifs en des « virus émergents » capables de pénétrer et de se répandre rapidement dans les communautés humaines. » Elle indique que : « de multiples études ont montré que la destruction de la biodiversité est probablement le facteur principal de l’émergence des maladies infectieuses. » De nombreuses données statistiques sont présentées dans l’ouvrage en voici un bref extrait qui ne peut que provoquer l’inquiétude : « en 2018, la population humaine a augmenté de 105% depuis 1970, pour passer de 3,7 à 7,6 milliards d’habitants ; chaque année, les humains extraient 60 milliards de tonnes de ressources renouvelables et non renouvelables, soit une hausse de 100% depuis 1980 ; la superficie des zones urbaines a crû de 100% depuis 1992 ; 33% de la surface terrestre et 75% des ressources en eau douce sont consacrés à l’agriculture. (...). Aujourd’hui, les deux tiers de la nourriture mondiale dépendent de trois plantes : le maïs, le blé et le riz. Ce n’est pas bon pour la santé des sols et des écosystèmes ni pour celle des humains. » La clé du renversement de la situation est la préservation de la biodiversité mais force est de comprendre qu’« on ne pourra jamais protéger efficacement la biodiversité si on ne résout pas la question de la pauvreté et si on ne revoit pas de fond en comble le système économique qui génère cette pauvreté. » Un des concepts théoriques abordés dans l’ouvrage est celui d’effet de dilution. Plusieurs chercheurs utilisent cette approche globale qui montre l’interdépendance des phénomènes ce qui permet de dire que : « l’effet dilution signifie que la biodiversité protège contre les maladies infectieuses. » La journaliste ajoute qu’ : « il est temps que les pouvoirs publics comprennent que la santé humaine dépend de celle des écosystèmes et des animaux, car tout est interconnecté. »

La fabrique des pandémies est un ouvrage passionnant donc la lecture est facilitée par le ton simple des entretiens et la volonté des interlocuteurs d’expliquer clairement et sans dramatiser la situation. Force est d’imaginer que si rien n’est fait rapidement le Covid-19 ne sera que les prémisses de nouvelles épidémies plus nombreuses, plus contagieuses et plus difficiles à éradiquer. L’ouvrage porte un message écologique dont les politiques devraient s’emparer.

Voilà, je vous ai donc parlé de La fabrique des pandémies de Marie-Monique Robin paru aux éditions La Découverte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article