Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Transfuges de sexe

Un essai sur les trans'

Un essai sur les trans'

Aujourd’hui je vais évoquer Transfuges de sexe d’Emmanuel Beaubatie. Le sous-titre de cet essai sociologique est Penser les frontières du genre. Cet ouvrage a été rédigé à partir de la thèse de l’auteur. Il précise en introduction que : « ce livre propose d’explorer les vies de personnes qui entreprennent de changer de sexe dans la France contemporaine. »

L’enquête au cœur de Transfuges de sexe est intéressante et originale. En effet, en général l’évocation des trans’ est assez caricaturale et superficielle. L’auteur explique sa méthode de recherche : « des entretiens ont été réalisés avec une trentaine de personnes qui estiment avoir effectué un parcours de transition. » A la fin du livre un glossaire permet au lecteur de comprendre le vocabulaire et les termes spécifiques tels que transition, queer, butch, cis, réassignation, passing. En plus des entretiens l’essai est étayé sur des données épidémiologiques quantitatives recueillies auprès de population trans’. Dans l’ouvrage il est question à la fois des FtM et des MtF. Passer d’un sexe à l’autre n’est pas la même histoire et la même problématique en fonction du genre d’origine. La démonstration d’Emmanuel Beaubatie met l’accent sur le changement de sexe considéré comme mobilité sociale, selon les cas ascendante ou plutôt descendante. Le parcours n’est pas identique dans un sens et dans l’autre, le recours à la prostitution par exemple non plus. Le masculin est plus valorisé dans la société ce qui explique que le passage d’homme à femme est plus tardif et souvent plus compliqué que l’inverse. L’enquête montre que le parcours de transition est semé d’embûches tant médicales que de droit. Il s’agit pour les trans’ de changer de genre et d’identité ce qui implique des modifications corporelles et d’état-civil. Les rendez-vous avec l’endocrinologue, le psychiatre et l’administration sont nombreux. Ainsi il faut admettre que : « les destins de celles et ceux qui veulent s’affranchir du sexe qui leur a été attribué se trouvent toujours entre les mains des praticiens, ces derniers pouvant leur octroyer ou leur refuser l’accès aux soins. » Le pouvoir médical, avec parfois l’abus de pouvoir et le manque d’empathie, est bien documenté. L’ouvrage n’explore pas spécialement les marges ; les portraits sont ceux de trans’ qui ont réalisé leur changement de sexe la plupart du temps avec succès. Cependant les critères sociaux et le milieu d’origine ne sont pas neutres dans l’accomplissement de la transition et la reconnaissance sociale. L’exemple du recours à un suivi médical à l’étranger est corrélé au milieu d’origine et aux moyens. Les analyses factorielles (méthodes ACP notamment) permettent de distinguer trois groupes dans la population des trans’. Ces éléments sont techniques mais très intéressants pour comprendre la différence entre les personnes (selon l’âge, les revendications sociales et féministes par exemple). L’auteur explique que : « l’ascension de sexe n’est pas sans provoquer une certaine culpabilité. Le sentiment de trahir ses origines est bien connu des transfuges de classe. (...). Cette expérience de transfuge éclaire comme aucune autre la force de la socialisation de genre. Dès le plus jeune âge, les garçons et les filles subissent bon nombre d’injonctions qui les différencient et les hiérarchisent. »Ainsi le cas des trans’ s’inscrit dans les phénomènes plus classiques de transfuge de classe. Les trans’ sont les seul(e)s à connaitre l’existence dans les deux sexes et à percevoir les différences sociales immenses qui perdurent. Il faut noter que : « tout se passe comme si les hommes ne pouvaient être des hommes que par nature ; les corps trop indéterminés sont soumis à l’intervention de la médecine et se voient attribuer le sexe féminin par défaut. » Force est enfin de constater avec soulagement que : « dans le monde social comme dans le droit, la frontière entre les sexes se fait plus poreuse. »

Transfuges de sexe est un essai intéressant qui montre que de jeunes chercheurs s’emparent et explorent de nouveaux sujets sociétaux avec les outils classiques de la sociologie.

Voilà, je vous ai donc parlé de Transfuges de sexe d’Emmanuel Beaubatie paru aux éditions La Découverte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article