Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Combats et métamorphoses d'une femme

Le dernier ouvrage d'Edouard Louis sur sa mère

Le dernier ouvrage d'Edouard Louis sur sa mère

Aujourd’hui je vais évoquer Combats et métamorphoses d'une femme le nouveau récit personnel (et féministe) d’Edouard Louis. Il est l’auteur d’En finir avec Eddy Bellegueule, d’Histoire de la violence et de Qui a tué mon père ? Le romancier devient de plus en plus radical et politique, son écriture est épurée et minimaliste.

Son précédent ouvrage était consacré à son père, cette fois Edouard Louis s’intéresse à sa mère. Combats et métamorphoses d'une femme est le portrait de celle qu’il désigne principalement dans le texte par le pronom « elle », son prénom Monique n’est prononcé qu’une fois. Ce choix impose une distance dénuée de tendresse et d’affection malgré le rapprochement qui s’exerce entre eux à la fin de la période évoquée. Il faut préciser que son premier roman En finir avec Eddy Bellegueule était une déflagration et qu’il n’était pas tendre avec sa famille. Sept ans après un certain apaisement de la relation filiale apparait même si la révolte du transfuge de classe est intacte. Le point de départ de cet ouvrage est une photographie de sa mère quand elle était jeune. Il constate face à ce cliché : « la vision du bonheur m’a fait ressentir l’injustice de sa destruction. J’ai pleuré devant cette image parce que j’ai été, malgré moi, ou peut-être, plutôt, avec elle, et parfois contre elle, l’un des acteurs de cette destruction. »Les deux mariages de cette femme, ses cinq enfants, sa vie pauvre puis misérable ont mis fin à ses rêves de jeune fille. Son fils indique : « elle était humiliée mais elle n’avait pas le choix, ou elle pensait qu’elle ne l’avait pas, la frontière entre les deux est difficile à tracer, et elle est restée avec lui pendant vingt ans. » Mais ce récit est celui d’une sorte de rédemption ; après la quarantaine, cette femme docile et soumise prend la décision de quitter le père d’Eddy et de déménager à Paris auprès d’un homme doux et affectueux. La scène cocasse de la rencontre avec Catherine Deneuve est très touchante. Combats et métamorphoses d'une femme raconte le lien distendu entre une mère et un fils. Dans un dialogue fictif il affirme : « je ne voulais pas que tu saches qui je suis. » Dans son enfance il était stigmatisé et humilié à l’école parce qu’il était gay mais il refusait de partager ses souffrances en famille. Son départ à Amiens au lycée a été le début de la libération et de l’émancipation de sa classe sociale d’origine qui s’est poursuivi ensuite à Paris avec les études et l’entrée dans le milieu littéraire. Il rapporte cette anecdote dans la bouche de sa mère : « tu disais L’autre depuis qu’il est au lycée il se croit mieux que nous. (Et tu avais raison. Je disais ces mots parce que je me croyais mieux que vous. Je suis désolé.) » Timide mea culpa de celui qui dans son premier opus a pu paraitre hautain et méprisant. A l’instar d’autres auteurs au parcours similaire (Didier Eribon, Annie Ernaux) il sait que : « la plupart des gens qui racontent la trajectoire d’un passage d’une classe sociale à une autre racontent la violence qu’ils ont ressentie. » En héritier de Pierre Bourdieu Edouard Louis se bat contre les injustices sociales, mais son approche de la littérature est heurtée, il écrit : « parce que je sais désormais qu’écrire sur (ma mère), et écrire sur sa vie, c’est écrire contre la littérature. »Parmi ses indignations figure la domination et la violence masculine. A propos de sa mère il écrit : « depuis que je ne vivais plus avec elle je ne voyais plus que de la violence dans sa vie. Dans mon nouveau monde les femmes n’étaient pas traitées comme ma mère l’était et comme elle l’avait été, ou comme d’autres femmes du village l’étaient. »

Combats et métamorphoses d'une femme est un récit coup de poing, un hommage d’un jeune écrivain à sa mère. Il avoue : « notre éloignement nous avait rapprochés. » Edouard Louis évoque le monde ouvrier avec sa rudesse et sa misère, il sait qu’il vient de là mais désormais sa culture et son entourage sont autres, pourtant il œuvre pour défendre ces déshérités.

Voilà, je vous ai donc parlé de Combats et métamorphoses d'une femme d’Edouard Louis paru aux éditions du Seuil.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article