Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

L'inconnu de la poste

Florence Aubenas enquête sur le meurtre d'une postière et sur Gérald Thomassin

Florence Aubenas enquête sur le meurtre d'une postière et sur Gérald Thomassin

Aujourd’hui je vais évoquer L’inconnu de la poste de Florence Aubenas. Cette journaliste, grand-reporter au Monde est l’auteur d’une formidable plongée en immersion dans le milieu des femmes de ménage des ferries normands avec Le quai de Ouistreham. Dans ce nouveau récit elle s’intéresse à un fait divers sanglant survenu il y a plus d’une décennie et dresse le portrait d’un acteur SDF et d’une région peu valorisée.

L’inconnu de la poste se situe principalement dans les environs du village de Montréal-la-Cluse où la postière Catherine Burgod est retrouvée morte dans son officine un matin. Cette fille du village d’une quarantaine d’années qui était enceinte a été assassinée sauvagement. La journaliste précise : « l’extrême violence du crime a suffoqué tout le monde, y compris l’équipe des médecins légistes : vingt-huit coups de couteau, dont certains ont transpercé les poumons et brisé des côtes. Six étaient mortels, dont deux à la gorge. » Cet événement médiatisé est un cataclysme pour la population locale, Catherine était appréciée, il faut trouver le coupable pour éviter la psychose et la suspicion. Dans les jours qui suivent : « dans l’église de Montréal-la-Cluse, Raymond Burgod se tient au premier rang, encadré d’un côté par le Nouveau, de l’autre par le Futur Ex, trois loques humaines, l’expression se murmure d’un prie-Dieu à l’autre dans la nef bondée. Le 26 décembre 2008, on enterre Catherine Burgod. » Pour le père de la défunte trouver le coupable devient la motivation de son existence. Les gendarmes et les enquêteurs multiplient les interrogatoires. D’abord l’ex compagnon de la postière est soupçonné, puis cette piste est abandonnée. Il existe à Montréal-la-Cluse une bande de marginaux, trois types qui pourraient être impliqués. La journaliste indique : « donc ça commence au bord de ce lac, un jour d’été 2007, le 27 juin exactement. Bien que la haute saison démarre Gérald Thomassin n’a aucun mal à trouver une place au camping de Port, près de Montréal-la-Cluse, un gros village en face de Nantua, sur l’autre rive. » Ce jeune homme estacteur il a été révélé dans le film Le petit criminel ; il vivote avec son chien entre rôles cinématographiques, drogue et alcool. Florence Aubenas s’intéresse à lui, le rencontre et suit sa trace sur plusieurs années. A son propos elle écrit : « routard immobile, Thomassin n’aime pas bouger hors de ses bases. » Son enquête dure longtemps, la rédaction de son ouvrage est plusieurs fois retardée. Thomassin est inculpé, il nie toute implication dans le crime mais son discours n’est pas toujours cohérent, ainsi lors d’un appel téléphonique à son frère il affirme être l’auteur du meurtre. Le rythme de l’enquête judiciaire suit son cours, mais : « la justice ne reconnaît jamais qu’elle laisse mourir une affaire. Elle pratique plutôt une manière de coma artificiel, consistant à réduire progressivement le nombre d’enquêteurs. » Le père de la victime est devenu résident en EHPAD il est convaincu de la culpabilité de Thomassin. Le défenseur de l’acteur est Éric Dupont-Moretti ténor du barreau parisien. Florence Aubenas garde ses distances elle ne se prononce pas sur son intime conviction mais le lecteur sent son affection pour Thomassin marginal paumé dont la vie est chaotique. Elle fait preuve d’empathie envers les personnes qu’elle croise. Ses longs séjours dans la vallée du plastique entre Nantua et Oyonnax lui permettent de s’attarder auprès de la population locale et d’en dresser un portrait attachant. Cette industrie a permis à la région de ne pas sombrer dans la déliquescence et l’oubli des zones à l’écart des grandes métropoles, cela semble un terreau idéal pour un mouvement comme celui des gilets jaunes.

L’inconnu de la poste est une enquête sur un acteur déchu, enfant de la DDASS, drogué et alcoolisé mais attachant. Florence Aubenas fait également un portrait touchant d’une région déshéritée avec des gens de peu pour qui ce crime est un événement fondateur. Son récit ne permet pas de conclure sur le fait divers et surtout l’épilogue avec la disparition de Thomassin qui ne se rend pas à une convocation de la justice demeure très mystérieux.

Voilà, je vous ai donc parlé de L’inconnu de la poste de Florence Aubenas aux éditions de L’Olivier.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article