Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Joséphine Baker

Une agréable biographie de la star du music-hall

Une agréable biographie de la star du music-hall

Aujourd’hui je vais évoquer Joséphine Baker la biographie de l’artiste signée Jacques Pessis. Cet ouvrage est de facture très classique, organisé selon un schéma chronologique. Le ton est léger et plaisant, les principaux événements que cette femme exceptionnelle a vécus sont retracés.

Joséphine Baker est née en 1906 à Saint-Louis, aux Etats-Unis. Le biographe indique que : « Joséphine est la fille de Carrie, une blanchisseuse à la peau noire dont la mère a fait partie des dernières esclaves avant l’abolition. L’identité du père en revanche est inconnue. » Sa couleur de peau et son ascendance sont des éléments essentiels pour comprendre ses futurs engagements et les combats humanistes de sa vie. Son enfance se déroule dans un environnement pauvre mais aimant. Très jeune, la fillette est subjuguée par le spectacle vivant ; elle côtoie une troupe circassienne de passage. Pas encore adolescente elle décide de quitter sa famille et de partir sur les routes pour réaliser son rêve. Elle deviendra danseuse et chanteuse. Plus tard elle sera également actrice et mère de famille nombreuse. Joséphine Baker débute donc très jeune sa carrière dans son pays avant de partir pour la France. Elle y découvre un nouveau pays auquel elle s’attache au point d’y fixer sa résidence. Elle se marie une première fois, puis une seconde. Elle est passionnée ; Jo Bouillon, musicien, est son troisième époux celui qui compte le plus et avec lequel elle partage le plus d’années. Elle devient une véritable vedette de music-hall, triomphe dans plusieurs cabarets et mène les revues où se presse le Tout Paris. Le public l’adore, sa façon de danser et de se trémousser sont uniques. Ses tenues emblématiques avec la robe de bananes sont l’identité de la Revue nègre. Lors de la seconde guerre mondiale elle a une trentaine d’années et devient informatrice pour différents réseaux. Son rôle est très important ; elle aide la résistance gaullienne en transmettant des informations cruciales. Le général lui offre une croix de Lorraine, après les hostilités elle est décorée. L’un des combats de sa vie est celui de l’antiracisme. Elle est elle-même victime de racisme et de ségrégation malgré sa célébrité protectrice. De santé fragile Joséphine Baker ne parvient pas à être mère. Elle comble son désir d’enfants en en adoptant douze. Une véritable tribu vit auprès d’elle dans le château de Milandes en Dordogne. Ce lieu emblématique s’avère un véritable gouffre financier. Mais elle ne veut pas se soucier des contingences pécuniaires. C’est à son mari de trouver des solutions aux problèmes. Elle subit des attaques cardiaques, souffre d’occlusions intestinales mais à force de volonté elle résiste au mal qui l’assaille. Malgré un spectacle d’adieu à l’Olympia elle multiplie ensuite les tournées internationales et les spectacles parisiens afin d’obtenir les cachets pour faire vivre et nourrir sa famille. Elle meurt en 1975 à Paris.

Joséphine Baker est une agréable biographie qui propose un portrait honnête d’une femme dévouée et décidée. Elle est restée dans les mémoires et les cœurs ; ses qualités artistiques, ses engagements, sa drôlerie et son exubérance ainsi que son attachement inconditionnel à son pays d’adoption en font un personnage charismatique et attachant.

Voilà, je vous ai donc parlé de Joséphine Baker de Jacques Pessis paru aux éditions Folio.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article