Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Eloge du magasin

Eloge du magasin

Aujourd’hui je vais évoquer Éloge du magasin un essai de Vincent Chabault sous-titré Contre l’amazonisation. Ce terme fait référence à la société Amazoneet aux nouveaux modes de distribution qu’elle déploie. Jean-Baptiste Malet dans En Amazonie a bien documenté les conditions de travail peu reluisantes de ces salariés précaires. Ici, Vincent Chabault procède à la compilation d’enquêtes sociologiques et urbanistiques afin de démontrer que le magasin (au sens large) comme lieu physique a encore un bel avenir, car il est doté de fonctions sociales.

Cet Éloge du magasin n’est pas un ouvrage nostalgique mais plutôt une recension des formes multiples de commerce existantes. Cette description permet d’interroger l’acte de consommer et les relations sociales afférentes. En effet, aller faire ses courses, se déplacer au magasin, outre l’acte d’achat proprement dit, représente une occasion de tisser des liens sociaux, de rompre la solitude et d’échanger avec autrui. L’auteur explique que cette composante est très importante et que l’attrait du e-commerce ne peut remplacer totalement les secteurs plus traditionnels de la vente. Le constat initial est le suivant : « aujourd’hui, la menace des plateformes ne s’est pas dissipée et de nouvelles normes de consommation orientées vers une plus grande maîtrise – contrainte ou volontaire – des dépenses placent les distributeurs traditionnels dans une situation quelque peu préoccupante et face à la nécessité de réinventer leur modèle. Le livre n’est plus le seul produit concerné. Le prêt-à-porter, l’ameublement, les produits de grande consommation, l’alimentaire sont aujourd’hui autant de marchés touchés par la digitalisation des pratiques d’achat. » En une vingtaine de courts chapitres le sociologue explore les différentes facettes de son objet d’étude. La disparition du commerce, prophétisée notamment aux États-Unis sous le slogan d’apocalypse retail ne déferle pas en France même si d’inéluctables adaptations du modèle traditionnel sont visibles. Le spectre des enquêtes qui étayent les réflexions de l’ouvrage est vaste. Il est question des marchés de plein vent, des brocantes et autres vide-grenier, des librairies, des grandes surfaces avec les hypermarchés et des grands magasins parisiens, des établissements de luxe et des friperies, du site Leboncoin. Les centres commerciaux construits en lisière des agglomérations représentent un modèle en déliquescence. Pourtant, ces grands malls climatisés ont une fonction sociale non négligeable, c’est le lieu d’exposition des biens de consommations, un temple moderne où les passants déambulent longuement et peuvent rêver. Un lieu où de multiples commerces et services sont simultanément disponibles. Peu à peu, les centres-villes réacquièrent une attractivité, les petits commerces renaissent, l’image des commerçants s’améliore en raison de la qualité des relations sociales. C’est par exemple le cas avec les enseignes bio dont le nombre croit rapidement. Le commerce du luxe reste emblématique ; certains clients étrangers viennent explicitement à Paris pour fréquenter ces enseignes prestigieuses où les vendeurs polyglottes établissent un contact privilégié avec les acheteurs potentiels. Les établissements ethniques du quartier de Château-Rouge font également l’objet d’une intéressante enquête qui montre le rôle social pour les immigrés qui s’y retrouvent. Le cas des librairies est analysé à travers l’évolution du rôle du libraire qui n’est pas uniquement un vendeur de papier mais devient un conseiller et un prescripteur.

Éloge du magasin est un texte subtil et intéressant. Le lecteur est parfois déçu que les thèses ne soient pas plus développées et que l’auteur n’ait pas lui-même enquêté sur le terrain. Néanmoins, les faits rapportés sont bien mis en relation et appuient l’idée que magasins, marchés, brocantes ou librairies ont encore vocation à répondre à la demande et aux exigences de la clientèle de proximité qui ne se contente pas du e-commerce pour faire ses courses.

Voilà, je vous ai donc parlé d’Éloge du magasin de Vincent Chabault paru aux éditions Gallimard, collection Le débat.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article