Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Noël à Chambord

Une enquête sur un week-end présidentiel

Une enquête sur un week-end présidentiel

Aujourd’hui je vais évoquer Noël à Chambord une enquête journalistique d’Émilie Lanez. Elle a précédemment écrit La garçonnière de la République qui évoquait la résidence de La Lanterne. Cette fois, elle raconte le week-end du 15 décembre 2017 passé par Emmanuel Macron et sa famille au château de Chambord. La journaliste investigue pour comprendre la réalité de ces journées qui ne figurent pas à l’agenda officiel du président de la République. A l’époque, une brève polémique sur la fête d’anniversaire de ses quarante ans a surgi mais a été vite éteinte. L’enquête minutieuse proposée dans cet ouvrage montre que d’autres événements se sont déroulés à Chambord dont les conséquences sont potentiellement importantes.

Les heures scrutées dans le bouquin se décomposent en différents temps : l’accueil officiel par le responsable des lieux, une rencontre avec des chasseurs, la fête privée familiale, l’assistance à un spectacle donné sur place. En réalité, le président avant de passer un week-end en famille pour fêter son anniversaire et se reposer, se rend à Chambord le vendredi dans la soirée. Dans les allées sombres du château, il assiste à une cérémonie en présence de nombreux chasseurs. Lanez indique que : « pour la première fois depuis près d’un demi-siècle, un président de la République participe à un tableau de chasse, où le sang coule dans la terre et la viande gèle. » Ce tableau de chasse est une mise en scène, une ode à ce rituel cynégétique. Elle ajoute que le : « code (est) immuable. Dans l’animal poignardé, la noblesse s’accomplit. Ce cérémonial est une messe impie, dont la forêt est l’autel païen. Scène macabre, grandiose. » Ces quelques phrases contribuent au mystère, le lecteur a l’impression de pénétrer les arcanes secrètes d’une société cachée. La participation à ce tableau de chasse représente un contact officieux et discret entre le premier personnage de l’État, qui n’est pas lui-même chasseur, et la confrérie des chasseurs, lobby puissant (auquel est en partie attribuée la démission de Nicolas Hulot) que le président ne néglige pas. A cette date, le mouvement des gilets jaunes n’a pas encore vu le jour, mais l’enquête révèle que le responsable de la fédération des chasseurs a su gérer ses troupes ultérieurement, sorte de remerciement de la reconnaissance de Macron pour les chasseurs.

Chambord est un lieu symbolique de l’histoire de France, selon la journaliste : « c’est un château pour l’épate. Une folie, née dans les rêves italiens d’un monarque que la France n’aurait jamais dû voir régner.» Chambord suscite des envies, ainsi la présidence de l’association des amis du château est un poste prestigieux et recherché. Son titulaire est responsable de l’organisation des chasses officielles dans le parc, et délivre donc les très convoités cartons d’invitation. Lors de ces matinées au grand air, se mêlent des aristocrates, des entrepreneurs, des politiciens et de simples passionnés de chasse. Cependant, il faut savoir que : « si toutes les chasses panachent les fusils, mêlant ceux des politiques à ceux des affaires, seules quatre échappent à la mixité. Les quatre journées accordées à la fédération nationale ne comptent que ses membres. » Privilège dont les intéressés se réjouissent évidemment. Noël à Chambord est un récit documenté des liens des différents présidents de la République avec ce lieu et de la formidable puissance d’attraction de ce monument et de sa forêt giboyeuse sur les élus. Quel que soit leur bord politique, ils se retrouvent lors de chasses auxquelles participent parfois des dignitaires étrangers. Les stéréotypes machistes ont ici pleine expression.

Dans une tentative de psychanalyse sauvage Émilie Lanez cherche à élucider le comportement de Macron vis-à-vis des chasseurs. Elle s’interroge, sous forme d’hypothèse : « être le président ami des chasseurs, ne serait-ce pas rendre hommage à ces deux familles qui l’ont aimé, quand ses propres parents peinaient à le comprendre ? » L’organisation de la virée présidentielle incombe aux services de l’Élysée. Force est de constater qu’Alexandre Benalla n’a pas laissé sur place un excellent souvenir tandis que d’autres collaborateurs plus diplomates ont établi le programme des festivités et planifié les déplacements et les rencontres.Brigitte Macron apparait comme une femme avisée qui anticipe les risques symboliques pour son mari d’interprétations médiatiques fallacieuses ; elle refuse par exemple la proposition de dormir dans une aile du château et préfère une petite auberge voisine privatisée.

Noël à Chambord est un livre assez factuel, ce n’est pas un pamphlet à charge. La journaliste fait œuvre de vérité en mettant en exergue des faits que l’Élysée préfère dissimuler. Elle dévoile ce que la République s’évertue à dissimuler en recueillant divers témoignages. Cependant, elle insiste sur le fait que rien d’illégal n’est commis, les dépenses festives sont réglées par les intéressés et non prises en charge par la République. S’il apparait plusieurs fois sur la ligne jaune, Macron ne dérape pas, même s’il s’en faut de peu.

Voilà, je vous ai donc parlé de Noël à Chambord d’Émilie Lanez paru aux éditions Grasset.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article