Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Jaune, histoire d'une couleur

Michel Pastoureau raconte le jaune

Michel Pastoureau raconte le jaune

Aujourd’hui je vais évoquer Jaune, histoire d’une couleur un beau livre de Michel Pastoureau. Ce titre s’inscrit dans la continuité des formidables monographies consacrées aux couleurs. Parmi elles, j’ai précédemment lu VertNoir et Rouge. A présent, la palette chromatique étudiée est assez complète avec cinq tomes au total. Le principe reste identique : l’historien retrace en Europe occidentale du paléolithique à nos jours l’histoire d’une couleur, ici le jaune. Pour cela, il s’appuie sur les archives, les textes, les blasons, les peintures, les vêtements. Son propos est d’établir une perspective sociale assez globale autour du jaune.

La démarche et le travail de l’historien consistent à montrer comment au fil du temps l’attrait ou la répulsion pour une couleur a évolué et surtout de tenter d’en expliciter les raisons. Michel Pastoureau découpe le livre en trois parties, correspondant à trois grandes époques caractérisées par leur rapport au jaune, qu’il intitule : une couleur bénéfique, une couleur équivoque et une couleur mal aimée. Il rappelle tout d’abord la difficulté extrême de définir stricto sensu ce qu’est la couleur. Les dictionnaires expliquent que jaune est un nom ou un adjectif, puis, pour tenter de donner une définition des tautologies sont proposées renvoyant par exemple à or ou citron dont la couleur est jaune. Autant dire que cet exercice n’est pas satisfaisant. L’auteur rappelle que le spectre des couleurs des physiciens en vigueur depuis Newton n’a pas toujours été la base du classement des couleurs. L’approche historique permet de relativiser la vérité de certains faits. L’enquête de Pastoureau montre la difficulté d’obtenir certaines teintes, la cherté des produits colorant rares et l’instabilité des couleurs ainsi obtenues. Cette réalité historique a probablement joué un rôle dans la symbolique et la prégnance des couleurs. Il est à noter que longtemps le jaune vieillissait mal, virant au beige, à l’ocre sale, s’affadissant.

Dans le cas du jaune l’évolution historique témoigne d’une désaffection progressive. La première période correspond à l’âge d’or du jaune (il faut noter que malgré les fréquentes associations effectuées jaune n’est pas or), en particulier pendant l’Antiquité où cette couleur est valorisée et recherchée. Il y a alors une sorte de sacralisation du jaune porteur de chaleur et de bienfaits. A partir du Moyen-Âge le jaune voit son aura décliner. La couleur est associée à la félonie, à la traitrise, les premières traces des symboles stigmatisant sont mises en exergue. Cependant, c’est l’ambivalence qui domine alors, le jaune n’est pas totalement écarté. En revanche, à compter du XVIe siècle le goût pour le jaune décline fortement, la couleur est dépréciée et rejetée. Le jaune n’est pas une couleur populaire, dans les enquêtes d’opinion c’est le bleu qui gagne la majorité des suffrages de façon constante depuis les premiers sondages sur la question. C’est le jaune, avec l’étoile cousue au vêtement, qui a servi de marqueur des populations juives pendant le nazisme. Le jaune est peu présent dans la vie quotidienne, les vêtements de cette couleur sont peu fréquents. Cependant, dans le domaine du sport le jaune existe en particulier avec la balle de tennis, le maillot jaune du tour de France et le carton jaune des sports collectifs sanctionnant les fautes. Dans une digression sur l’orangé, une sorte de déclinaison du jaune, il montre sa symbolique, par exemple associée au danger. Les peintres, en particulier les impressionnistes ont du goût pour le jaune, cet art l’intègre à la gamme des couleurs et pigments. Pour conclure, Pastoureau ne peut occulter l’actualité des gilets jaunes et propose quelques pistes pour analyser le choix de cette couleur pour incarner ce récent mouvement de contestation.

L’alliance du texte et des nombreuses illustrations minutieusement choisies est parfaitement réussie. Ce livre est passionnant comme les précédents opus de la collection. Bien entendu il ne prétend pas à l’exhaustivité mais Michel Pastoureau est convainquant dans ses démonstrations étayées.

Voilà, je vous ai donc parlé de Jaune, histoire d’une couleur de Michel Pastoureau paru aux éditions du Seuil.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article