Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Grossir le ciel

Roman noir de Franck Bouysse

Roman noir de Franck Bouysse

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à Grossir le ciel de Franck Bouysse.  C’est un roman policier, rural, sombre et noir. Il est difficile de trop en raconter pour ne pas dévoiler le suspens et les révélations familiales qui vont se faire jour au fil des chapitres.

L’action se déroule dans les Cévennes, une région aride, rude et désolée. A l’écart du bourg le plus proche à quelques kilomètres, deux fermes voisines sont les seules constructions du paysage. Deux hommes seuls y vivent au milieu de leur troupeau de bêtes. Gus a une quarantaine d’années, Abel est plus âgé. Ce sont des taiseux, des personnages chtoniens. Ce ne sont pas des hommes de mots, ils communiquent peu. Néanmoins, un respect existe entre eux, ils se rendent des services, comme peuvent le faire des amis fidèles. Une solidarité paysanne peut s’exprimer par ces coups de main réguliers. Un matin de 2006, l’actualité nationale est focalisée autour du décès de l’abbé Pierre. Gus semble très affecté par cette disparition. La chronologie des événements dramatiques qui vont survenir est scandée autour de cette période entre décès, deuil et inhumation. Ainsi, il est indiqué que « ça faisait un jour que l’abbé était en terre. Gus y pensait, en se demandant pourquoi les morts ne s’en allaient pas tous à la même allure. Sa mère, elle était partie à l’instant où il l’avait vue accrochée par le cou à une corde de chanvre dans la grange. Le père, le glissement avait duré un peu plus longtemps. Quant à la grand-mère qui avait disparu peu avant son père, Gus y pensait souvent. (…). L’abbé Pierre était enterré depuis une semaine et Mars depuis un jour, ainsi qu’Abel et son fils. C’était comme si la disparition de l’abbé avait sonné le grand chamboulement de la vie de Gus. » Ces quelques phrases en apparence sibyllines sont porteuses de mort et de folie. La relation pathologique à la mère défunte ne fait pas de doute. La famille en général n’apparaît pas comme un support pour Gus. Mars était son chien, mort dans d’atroces souffrances après avoir ingurgité du verre pilé intentionnellement placé dans sa gamelle. Lorsque cet attenta survient cela fait déjà quelques jours que Gus se sent épié. Un soir, de retour de la chasse aux grives, passant près de la cour d’Abel, il voit des traces rouges sur le sol enneigé. Il s’agit sans doute de sang. Gus va chercher à comprendre ce qui se passe, il a d’abord des soupçons sur Abel lui-même. Des évangélistes protestants prosélytes ont trainé dans le coin, ont-ils un lien avec ce mystère ? Avec son air bougon et revêche Gus les a envoyé paitre sans ménagement. Abel semble dissimuler des faits dont Gus sent qu’ils sont en lien avec la situation. Suspense et rebondissements  à la clé.

Le lecteur apprécie ce polar noir qui s’envenime progressivement autour de secrets de famille à l’origine des meurtres commis. Le drame est le résultat du silence et des non-dits accumulés au fil des ans.

Voilà, je vous ai donc parlé de Grossir le ciel de Franck Bouysse paru aux éditions du Livre de poche.

La région où se déroule l'intrigue

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article