Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Evacuation

Un nouveau roman de Raphaël Jérusalmy

Un nouveau roman de Raphaël Jérusalmy

Aujourd’hui ma chronique est consacrée au nouveau roman de Raphaël Jérusalmy intitulé Evacuation. Son précédent ouvrage, La Confrérie des chasseurs de livres, était une vraie réussite. L’action se déroulait à l’époque des croisades, le poète François Villon était au cœur de l’intrigue lors d’un périple à Jérusalem sur commande du roi. Cette fois, Jérusalmy retourne en Terre Sainte (où il vit actuellement) mais propose une histoire contemporaine. Nous sommes en Israël, à Tel-Aviv, c’est la guerre et la capitale doit être évacuée. La période n’est pas précisée, un futur proche peut-être. La guerre n’est pas identifiée, le lecteur n’en connaît pas les belligérants ni les enjeux. La localisation laisse supposer qu’il s’agit d’un affrontement entre israéliens et palestiniens. L’armée de Tsahal  procède méticuleusement à l’évacuation des lieux, mais, malgré le ratissage méthodique, elle ne peut repérer les quelques réfractaires qui se dissimulent. Parmi eux, un trio de citoyens résiste, ils refusent de partir, ils décident de braver les consignes et de rester dans Tel-Aviv bombardée.

Naor, le narrateur est étudiant en cinéma. Il raconte à sa mère ce qui s’est passé pendant ces quelques jours. Son récit sous forme de flash-back est fait tandis qu’il est au volant et conduit pour la ramener à Tel-Aviv. Ensemble, ils suivent la route telle qu’elle figure sur la carte topographique placée à la fin du roman. Le trajet de moins de cent kilomètres conduit le fils et sa mère du Kibboutz Eïn Harod à Tel-Aviv. Le temps de la lecture du roman on suit la progression du voyage retour au gré des panneaux indicateurs du bord de la route. Ils sont écrits en hébreu et en arabe. Ma’alé Iron, Tel Megiddo, Oun-el-Fahen, Mikhmoreth, Mevo’ot Yan pour la version occidentale. L’exotisme de ces noms de villes ou de bourgades diffuse une sonorité particulière, douce et rocailleuse, installe une atmosphère spéciale et délicate.

Avec Yael, sa petite amie, et Saba, son grand-père, Naor avait trouvé refuge dans l’appartement de Yoni. Les chapitres sont brefs, aucune dithyrambe verbale, pas de logorrhée. Saba, Naor et Yael déambulent dans les rues désertes, au milieu des ruines détruites par les bombardements, ils réalisent un film qui va raconter leur histoire. Le grand-père qui croit le temps de la mort venu souhaite rester dans sa ville. Il a toujours avec lui Molloy de Becket. C’est une sorte de fétiche qu’il cite avec plaisir.  Tous les trois oublient le conflit, font preuve d’insouciance voire d’imprudence. L’attrait pour la vie est plus fort que l’appel à l’évacuation et les dangers encourus. Tel-Aviv est le quatrième personnage du roman. Malgré la guerre, elle reste digne et vivante. Voici quelques phrases pour décrire cette ville contrastée et cosmopolite, ouverte et progressiste dans un Etat religieux : « Tel-Aviv sans les gens. Sans la faune et le bruit. C’est une bête ville du tiers-monde, en fin de compte. Mal agencée et pas très propre. Pas plus grande que Quito. Aussi étouffante que Guayaquil. Je ne sais pas pourquoi je te parle de l’Equateur. Peut-être à cause des indigènes. Des peuplades qui la colorent. Hassidiques, gays, arabes, urbaines, paumées, tatouées, percées, circoncises, calottées, voilées, excisées, qui s’y croisent. Qui s’y bousculent. Peut-être parce que c’est une ville à la fois bordélique et heureuse. » Ces mots témoignent des mélanges et de la tolérance légendaire du lieu. Ce court roman est poétique. C’est une ode à la vie et à l’insouciance alors que la gravité de l’omniprésente mort rode et pourrait s’imposer.

Voilà, je vous ai donc parlé d’Evacuation de Raphaël Jérusalmy paru aux éditions Actes Sud.

Tel-Aviv, coeur et personnage du roman

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article