Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

En Amazonie

Enquête sur les pratiques d'Amazon en France

Enquête sur les pratiques d'Amazon en France

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à En Amazonie de Jean-Baptiste Malet. Cette enquête est sous-titrée Infiltré dans le « meilleur des mondes ». L’Amazonie dont il est question n’est pas l’immense forêt primaire sud-américaine, il s’agit d’un autre type de jungle. Une jungle économique avec Amazon, le leader mondial de la vente par internet. Le journaliste a enquêté en 2012 en se faisant anonymement embaucher comme intérimaire dans un des entrepôts français de l’entreprise, à Montélimar.

C’est la période de Noël, la demande est très forte, les recrutements sont nombreux pour des contrats de courte durée. Amazon doit être au rendez-vous des fêtes et honorer les commandes passées sur son site. L’intention de Jean-Baptiste Malet est de s’immerger au sein d’Amazon, d’y travailler incognito pour en comprendre les rouages, les conditions de travail de la main d’œuvre et le management. Il nous rappelle que : « le patron d’Amazon, Jeff Bezos se revendique du libertarisme, une idéologie anarcho-capitaliste, combattant farouchement toutes les doctrines économiques qui prônent l’intervention de l’Etat dans l’économie, ou pis sa régulation. Ce milliardaire est d’ailleurs un important donateur du think tank libertarien Reason Fondation. » Bienvenu dans le monde du profit à tout crin. Dès la sélection par l’agence d’intérim il est indiqué aux candidats que la motivation est indispensable, personne n’est obligé de rester. Le journaliste masqué réussit sans trop de difficulté les épreuves et découvre lors d’une présentation générale les différents métiers de manutention existants. Tout est très codifié avec un vocabulaire maison pour désigner les fonctions assurées au sein de l’entrepôt. L’enquêteur est affecté à l’équipe de nuit en charge de tâches répétitives et physiques. La ségrégation des postes est telle qu’il ne verra plus ses coreligionnaires croisés lors de la sélection. La productivité est le maître mot ici, il faut toujours préparer davantage de commandes. En permanence les statistiques des résultats individuels sont disponibles. En cas de chute de la cadence, l’ouvrier est convoqué par son supérieur pour un premier avertissement. Si le rythme ne suit toujours pas, une deuxième étape est franchie ; faute de résolution cela peut déboucher sur un licenciement. Les pauses sont minutées, la dernière de la vacation n’est même pas rémunérée. Les pointeuses sont au plus proche du lieu de travail et non à l’entrée du site, permettant ainsi à Amazon d’économiser de précieuses minutes de rémunération. Pour bien comprendre les valeurs de la boite, l’auteur précise que : « le slogan d’Amazon est « work hard, have fun, make history ». Le « have fun » est d’une importance cruciale si l’on veut bien comprendre les rouages de l’entreprise. Si l’incroyable pénibilité du travail est assumée, explicitement incarnée par le « work hard », le « have fun » est une notion dont l’objet est de faire contrepoids à la rudesse de l’ouvrage. » A l’issue de ses nuits de travail, la fatigue est telle qu’il n’a envie de rien et doit se forcer à rédiger son carnet de bord afin de ne rien oublier de son labeur et de ses observations de terrain. La restitution sous la forme de ce bouquin est accablante. Pourtant, étant donnée la situation économique, ils sont nombreux à frapper à la porte et à se satisfaire en ces temps de chômage de masse, des conditions imposées par Amazon. Il est difficile de nouer des contacts avec les ouvriers présents dans l’entrepôt. Les rares syndicalistes sont stigmatisés, cette démarche n’est pas bien vue par Amazon. Lorsqu’il se démasque, révèle son identité à un collègue et tente de le convaincre de témoigner il se retrouve face à un refus. « Malheureusement, le rapport de force est tel que les syndicalistes d’Amazon vivent la peur au ventre. Ces militants sont tiraillés entre leur souhait de défendre les droits de tous les travailleurs et la nécessité de protéger leur propre poste. Tous les syndicalistes m’ont affirmé qu’ils sont dans le collimateur de la direction et que leur carrière restera au point mort à tout jamais. » Ce qui caractérise cette entreprise c’est le silence et l’interdiction faite aux employés de communiquer avec la presse et les médias. La démarche engagée par Jean-Baptiste Malet est donc fort louable.

Cette enquête de terrain à charge montre bien l’esclavagisme moderne soutenu par les discours ambigus des politiques (ceux d’Arnaud Montebourg, ministre à l’époque, sont rappelés) qui souvent dressent le tapis rouge pour accueillir les dépôts d’Amazon et cautionnent les conditions de travail difficiles avec le recours pernicieux à l’intérim de masse.

Voilà, je vous ai donc parlé d’En Amazonie de Jean-Baptiste Malet paru aux éditions Fayard.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article