Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Burkini, autopsie d’un fait divers

Un essai de Kaufmann

Un essai de Kaufmann

Aujourd’hui ma chronique est consacrée au dernier essai de Jean-Claude Kaufmann intitulé Burkini, autopsie d’un fait divers. J’ai déjà évoqué les travaux de ce sociologue sympathique et jovial sur le blog. Cette fois, il s’empare de l’actualité récente (scandale du port du burkini sur des plages françaises durant l’été 2016) et l’analyse en mettant en perspective l’événement déclencheur et ses propres recherches réalisées il y a une vingtaine d’années sur les seins nus des femmes sur la plage.

Il propose un travail de déconstruction du fait divers survenu en août 2016. Les prémisses d’une rixe sur une plage ont embrasé les milieux médiatico-politiques. Il « a l’ambition d’introduire quelques éléments de savoir pour alimenter un débat démocratique plus serein ». Il y parvient, mais hélas qui prendra réellement le temps de lire son opuscule ? Sans doute pas les dirigeants politiques qui se sont précipitamment emparés des faits et ont contribué par leurs réactions disproportionnées à tout l’enchainement de décisions prises à vif sans temps de réflexion.

Tout a commencé à Cisco, village corse, au début du mois d’août. Une femme en burkini a été contrainte de quitter la plage publique. Rappelons qu’il s’agit d’une tenue de bain couvrant l’intégralité du corps et de la tête. Kaufmann indique l’origine de l’objet du conflit : le burkini a été inventé en Australie. Voici en quelques mots le rappel de la suite des événements : « dès le 14 août, une véritable épidémie idéologique se répand, particulièrement sur le littoral méditerranéen. Chacun se positionne pour ou contre le burkini sur les plages. » Les arrêtés municipaux (dont le fondement juridique sera ultérieurement contesté) pleuvent à Gravelotte, principalement pris par les maires de droite. Mais le premier ministre d’alors, Manuel Valls, fervent défenseur de la laïcité à la française, se mêle au débat et nourrit la polémique. L’auteur démontre que la tendance dominante dans les commentaires condamne l’asservissement des femmes musulmanes par le biais du burkini, alors qu’en réalité, paradoxalement, ce vêtement sportif a aussi une vertu libératrice. C’est le prix à accepter pour certaines femmes pour obtenir le droit de nager et de profiter des plaisirs de la baignade. Le fait que ces histoires surviennent sur des plages est signifiant. Kaufmann convoque ses études de terrain précédentes pour expliciter les enjeux discrets sous-jacents. En effet, il précise que « tout n’est pas possible sur la plage. Certains comportements y sont même codifiés avec une précision étonnante. Le jeu des corps obéit à des règles secrètes, et les estivants en ont une conscience diffuse. Ils évitent cependant de se l’avouer pour jouir au maximum de la liberté balnéaire. » Un constat s’impose à froid : « la campagne anti-burkini de la droite dure est aussi virulente dans sa forme que ses arguments sont incertains, voire insolites sur le fond. Quand elle brandit l’émancipation féminine par exemple. On n’avait pas le souvenir d’une droite à la pointe du combat féministe ! »

A partir du résultat de sondages, il est possible d’estimer le rapport de la population féminine musulmane au voile. Le foulard peut constituer une sorte d’étape préliminaire à l’objet du délit ici dénoncé. « En France, 23 % des femmes musulmanes portent le voile continuellement, 5 % épisodiquement, 7 % l’enlèvent sur leur lieu d’étude ou de travail, 30 % ne le portent pas mais souhaiteraient le porter. Il reste donc un petit tiers qui ne le portent pas et ne souhaitent pas le porter. » Ces chiffres indiquent bien la dramatisation hors de propos lors de ce fait divers. Au contraire la volonté d’instrumentalisation, au service de Nicolas Sarkozy probable candidat à la présidentielle, apparaît a posteriori comme réelle. L’intérêt de ce bouquin est de déconstruire les idées dominantes. Ainsi l’auteur écrit qu’ « avant d’affronter les interdits municipaux de la droite dure, les jeunes femmes en burkini de l’été 2016 avaient déjà dû s’opposer à l’aile la plus conservatrice de l’islam. (…) Le burkini s’inscrit dans un désir d’émancipation et d’autonomie féminines (se mêlant à une affirmation identitaire). (…). Le burkini est scandaleux pour les plus radicaux, inacceptable au moins pour le cercle plus large des islamo-conservateurs. Les premiers à souhaiter interdire le burkini n’étaient pas les maires d’ultra-droite, mais les islamistes. » Ces propos n’étaient pas audibles au moment des faits.

En guise de conclusion assez pessimiste le sociologue indique que « ce qui menace notre société c’est la montée en flèche d’une crispation identitaire générant la colère et la violence. La terrifiante mécanique identitaire, qui de plus en plus pousse à l’entre-soi contre les autres, nous entraîne vers des problèmes qui sont sans solution à long terme, explosifs à court terme. (…). L’augmentation du nombre de femmes voilées nous dit quel sort sera demain réservé aux femmes. L’indicateur est parlant bien au-delà des musulmanes. Et le voile fait ses premiers pas dans le territoire symbolique de la liberté corporelle : la plage. »

Ce bref essai est stimulant intellectuellement. Sans polémique, en enquêtant l’auteur fait le lien pertinent entre la contrainte imposée au corps des femmes et leurs tentatives pour y échapper et l’incompréhension d’édiles qui, pressés de plaire à leurs électeurs, entendent légiférer dans l’urgence et la précipitation sans mesurer toutes les conséquences de leurs actes y compris vis-à-vis de ces femmes qui en l’occurrence aspiraient à plus de liberté en gagnant grâce à cette tenue l’autorisation de fréquenter la plage et de s’y ébattre dans l’eau. Le livre met bien en exergue le contre-sens dû aux réactions épidermiques.

 

Voilà, je vous ai donc parlé de Burkini, autopsie d’un fait divers de Jean-Claude Kaufmann paru aux éditions des Liens qui libèrent.

Kaufmann fait le lien entre le fait divers sur le burkini et sa recherche sur les seins nus à la plage

Kaufmann fait le lien entre le fait divers sur le burkini et sa recherche sur les seins nus à la plage

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article