Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Au pays des nudistes

Une enquête dénudée de M H Smith

Une enquête dénudée de M H Smith

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à la dernière enquête de Mark Haskell Smith intitulée Au pays des nudistes. Le titre est explicite, la démarche sérieuse. Le journaliste choisit de s’immerger dans le monde nudiste afin d’en explorer la réalité et de comprendre qui sont les adeptes de cette pratique. Une fois son sujet d’enquête déterminé Mark Haskell Smith se rend à l’évidence, un travail bibliographique ne saurait être suffisant. Pas d’échappatoire, il va devoir lui-même expérimenter l’exposition de son corps dans son plus simple appareil. Il commence aux Etats-Unis puis son périple le conduira en Europe (Espagne, France et Autriche) avant de se terminer dans les Caraïbes lors d’une croisière où sa femme accepte de l’accompagner. Au départ une question simple l’intrigue : « Qu’est-ce qui pouvait bien pousser des êtres apparemment ordinaires à dépenser des milliers de dollars pour avoir l’opportunité de frétiller du pénis en compagnie d’autres pénis frétillants ? (…). Les femmes qui jouaient au blackjack seins nus ressentaient-elles un sentiment de puissance ? » Le résultat est un essai alerte, ni grivois, ni graveleux. Il permet de dresser un portrait type des nudistes souvent épris de liberté.

Voici quelques notes de terrain de l’auteur lors de son immersion dans les lieux de rassemblement nudiste : « C’était une débauche de pénis de toutes formes et de toutes tailles, un défilé de testicules pendouillant. (…). Dans le monde textile, chacun passe son temps à se toiser en s’imaginant à quoi peut bien ressembler l’autre une fois déshabillé, mais quand on voit clairement la poitrine de sa voisine ou le pénis de l’homme derrière soi, ma foi une grande partie du fantasme puéril et si banal dans notre société disparaît purement et simplement. » C’est le premier constat de Smith le nudisme ne rime pas avec exhibitionnisme et sexualité outrancière.

Dans l’imaginaire, s’il est bien une ville américaine favorable au nudisme c’est San Francisco. Les clichés d’hommes et de femmes déambulant nus dans les rues sont connus. Et pourtant, récemment, la situation s‘est durcie. Un entretien avec le maire de la ville permet de comprendre ce qui s’est passé. Certains excès ont contraint à un renforcement des règles de décence dans les lieux publics. « San Francisco n’était donc pas un temple de la nudité et du plaisir totalement libre, mais enfin bon, comparé à n’importe quelle autre ville du pays, si, un peu quand même. Jusqu’à ce qu’elle ne le soit plus. » Malgré cela, le mythe de San Francisco n’est pas infondé, cette ville reste plus ouverte que la moyenne.

L’enquête conduit le journaliste à constater que le nudisme va plus loin que le simple refus des vêtements. C’est souvent une démarche de retour vers la nature et le désir d’une vie sans contrainte textile. La différence entre nudisme et naturisme apparaît assez minime. Les pratiquants sont surtout intéressés par la liberté individuelle et la possibilité laissée à chacun de s’exposer nu. Il est troublant de constater que « les groupes religieux mettent les nudistes dans le même sac que les pédophiles et les délinquants sexuels, les promoteurs construisent des lotissements à côté de plages nudistes qu’ils considèrent comme une menace à l’encontre de leur investissement et les prudes et les moralistes exercent une pression politique visant carrément à en interdire la pratique. » Au-delà du plaisir de déambuler nu, « le nudisme est devenu un gros business. Il semblerait qu’il y ait plus de personnes qu’on ne pense, prêtes à claquer leur fric durement gagné pour jouir du privilège de se retrouver nu parmi d’autres. » Après une première prise de conscience de la réalité du nudisme et de ses enjeux le journaliste admet que certains raccourcis faciles sont infondés. « Car si le nudisme n’a rien à voir avec le sexe, s’il s’agit juste de liberté individuelle, d’image corporelle positive, ou de ne pas avoir de marque de bronzage, alors hommes et femmes peuvent savourer en toute sérénité d’être nus ensemble dans une situation sociale, ce qui rend cette pratique bien plus acceptable aux yeux du grand public. (…). Pourquoi aurait-on le droit de posséder des armes mais pas de se balader les fesses à l’air ? Statistiquement parlant, le taux de mortalité causé par la vue d’un pénis ou d’un sein est extrêmement bas comparé au nombre de victimes par armes à feu. » Cette dernière remarque pleine de bon sens s’adresse particulièrement au lectorat américain. Cette immersion en milieu nudiste a ouvert l’esprit de Mark Haskell Smith qui était guidé par ses clichés et son éducation. Il constate : « quand je réfléchis à toutes les personnes que j’ai rencontrées et aux expériences que j’ai vécues pendant l’écriture de ce livre, force m’est de constater que, ma foi, la société ne comprend pas le nudisme. Les nudistes et les naturistes rencontrés ne sont pas des pervers ni des cinglés, ce ne sont ni des exhibitionnistes, ni des voyeurs, ni des pédophiles : la plupart sont des êtres sympathiques qui veulent simplement profiter des plaisirs sensuels que nous offre la vie. (…) En toute franchise, je ne suis ni nudiste, ni naturiste, ni anti-textile aujourd’hui. » Comprenant mieux la situation et ses enjeux il est compréhensif, tolérant. Son livre n’est pas un plaidoyer ou un acte militant. C’est le fruit de son travail d’enquête journalistique. Ce bouquin documenté est fort intéressant. A travers le prisme du nudisme il pose de vraies questions et permet de mesurer le degré d’évolution et d’acceptation de liberté de différentes sociétés occidentales.

Voilà, je vous ai donc parlé d’Au pays des nudistes de Mark Haskell Smith paru aux éditions Paulen.

Titre kitch mais approprié au thème

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article