Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Le programme culturel des candidats au second tour de l'élection présidentielle

Le programme culturel des candidats au second tour de l'élection présidentielle

A l’approche du second tour de l’élection présidentielle française, il est intéressant de regarder quel est le programme culturel et le rapport à la culture des deux candidats finalistes. Hélas, la culture n’a pas été au centre des meetings, des débats et des reportages. C’est pourtant indispensable. L’éducation et la culture sont fondamentales, ce sont deux thématiques fortement imbriquées. C’est avec un esprit éclairé et cultivé que les hommes sont libres. Ne faudrait-il pas que les ministères de la culture et de l’éducation nationale soient prioritaires et dotés de meilleurs budgets ? En 1981, lors de l’élection de François Mitterrand, pour la première fois de l’histoire, la rue de Valois avait une dotation qui représentait 1% du budget de l’Etat, le symbole était formidable. Ce temps semble désormais bien lointain. Quelle est la situation et quelles sont les perspectives à attendre en avril 2017 ? Arrivés en tête au soir du 23 avril, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent face à face dans la compétition suprême. Les sujets culturels sont très peu débattus. Mais les deux derniers prétendants à l'Elysée ne manquent pas d'évoquer la culture dans leurs programmes. Voici l'essentiel de ce qu'ils annoncent, leurs mesures et les moyens de les financer.

Marine Le Pen manifeste une réelle volonté de repliement sur soi et d’exclusion de l’étranger y compris dans le domaine culturel. Cette tendance est aux antipodes de la culture ouverte synonyme de liberté et de découverte de l’autre dans ses différences. Peu d’artistes se disent proches de son parti. Un seul nom a émergé durant la campagne électorale, celui de Franck de La Personne. C’est un acteur sans grande envergure qui adhère pleinement aux thèses frontistes. La culture n’est pas une priorité, ni d’ailleurs l’éducation pour la candidate. Pour savoir quel est le rapport du FN à la culture, le laboratoire que constituent les municipalités conquises par le parti d’extrême-droite est pertinent à scruter. Un regard sur la prise en compte de la culture dans les mairies détenues par le FN est affligeant. C’est la fin des subventions pour le spectacle vivant, la volonté de sélectionner et privilégier la culture de souche, celle de la France, telle que la conçoit le FN.

Parmi les mesures il est proposé d’inscrire dans la Constitution la défense et la promotion du patrimoine historique et culturel. Une loi de programmation doit permettre un meilleur soutien à l’entretien et à la préservation du patrimoine. Il est prévu d’augmenter le budget alloué à ce domaine de 25 %. Autre mesure préconisée, mettre un coup d’arrêt à la politique de vente à l’étranger et au privé de palais et bâtiments nationaux. Un grand plan national de création de filières des métiers d’art et la restauration d'une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires sont au programme. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel sera réformé avec la création de trois collèges : l’un composé des représentants de l’État, le deuxième de professionnels, le troisième de représentants de la société civile (associations de consommateurs, de téléspectateurs, etc.). La loi Hadopi serait supprimée pour ouvrir le chantier de la licence globale. Et la présidente du FN souhaite remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle avec la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent. Aucune mesure phare relative à la culture dans le programme mariniste, juste un saupoudrage sans grande cohérence intellectuelle.

Second candidat qualifié : Emmanuel Macron. Son rapport privilégié à la culture est évident. Il a été un brillant élève (classe préparatoire à Henri IV, tentative d’intégration de Normale Sup, ENA) passionné de théâtre et de littérature. Quand il s’exprime et cite des auteurs cela ne paraît pas factice ou artificiel. La lecture et les références littéraires sont régulières dans ses discours. Tandis que dans la classe politique le rapport à la lecture tend à disparaître Macron dénote dans le bon sens. Aucun comité de soutien d’artistes n’a été mis en place auprès de lui. Quelques noms comme François Berléand, Line Renaud ou Stéphane Bern se sont engagés à ses côtés. Et contrairement à sa concurrente il ne constitue pas un repoussoir pour le milieu culturel.

Parmi ses propositions, la plus emblématique est le passe culture d’une valeur de 500 euros pour tous les jeunes de 18 ans. Ce chèque permettra aux jeunes majeurs de goûter à la culture dans sa diversité : découvrir le théâtre, les musées, l’opéra, le spectacle vivant, acheter des disques, des abonnements pour la musique en ligne ou des livres. Cette mesure sera financée à la fois par les diffuseurs, les grandes entreprises majors (Google, Apple, Facebook, Amazon) et l’Etat de façon minoritaire. Internet n’a de sens que si l’on construit ce commun, d’où la proposition de mise à contribution. Autre mesure, l’extension des horaires d’ouverture en soirée et le week-end des bibliothèques municipales qui doit contribuer à un accès plus large à la culture pour tous. L’état prendra en charge les surcoûts induits par ces nouveaux horaires. La culture s’inculque au plus tôt, les propositions relatives à l’école primaire pour diminuer la charge des classes dans les zones défavorisées vont dans le bon sens. L’éducation musicale sera renforcée, la découverte des arts également. 100% des enfants doivent avoir accès à l’éducation artistique par des appels à projets qui seront financés par les villes et l’Etat. Il est prévu la création d'un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros pour investir dans les industries créatives et culturelles françaises

L’état des lieux proposé n’est bien entendu pas exhaustif. Cependant, nous avons mis en exergue ce qui nous paraît le plus emblématique. Ce qui comptera ce n’est pas le programme mais sa mise en œuvre réelle et l’application et le financement des mesures proposées. Tout ceci après le résultat du second tour.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article