Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

La garçonnière de la république

Une enquête sur La Lanterne

Une enquête sur La Lanterne

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à une enquête journalistique intitulée La garçonnière de la république. Emilie Lanez, journaliste au Point, en est l’auteur. Elle s’intéresse à une des résidences les plus secrètes de la république française : La Lanterne. Ce logement discret est situé dans le parc de Versailles. Il est fort difficile d’obtenir des informations sur ce lieu : frais de fonctionnement, sécurisation des alentours, aménagements intérieur et extérieur, rémunération du personnel, tout semble inaccessible, aucune transparence de la part de l’Etat. Au début du bouquin, la journaliste explique les fins de non recevoir qu’elle a obtenues suite à ses diverses sollicitations officielles, notamment vis-à-vis de l’Elysée, du ministère de la Culture ou de Matignon. Ceux qui ont approché la Lanterne appartiennent à un groupe de happy few attirés par le secret. L’auteur indique : « A l’échelle d’un pays, cela fait peu de gens capables de décrire cette propriété, d’autant que ceux qui y furent conviés – pour s’y baigner, jouer au tennis, danser, dîner et, plus rarement, travailler – veillent à jouir en secret de ces souvenirs. (…). Je ne suis jamais entrée dans cette maison et il est probable que je n’y serai jamais conviée. Comment décrire un endroit qui se dérobe à notre curiosité ? » L’enquête est donc constituée de témoignages issus d’interviews. La journaliste n’a pas eu l’autorisation de se rendre dans le bâtiment. Elle constate d’ailleurs que sur le site internet de l’Elysée La Lanterne ne figure pas dans la liste des résidences officielles de la république. Elle indique dans un résumé saisissant : « A La Lanterne, les plus hauts responsables de notre pays dansent, dînent, s’amusent, nagent et bronzent. Sous les tableaux de Fragonard, ils séduisent des maîtresses, invitent des compagnes et parfois les regardent pleurer. Ils flattent leurs courtisans, entretiennent leurs affidés et gâtent leurs amis. Défense d’aller y voir. Dans le parc de Versailles, La Lanterne est une demeure de Cour. La garçonnière de la république. » Cette description insiste sur le paradoxe entre la république et les mœurs héritées de la monarchie.

Traditionnellement, La Lanterne était réservée au premier ministre. Dans le passé la seule exception fût pour André Malraux alors ministre de la Culture. Nicolas Sarkozy, à peine élu président en 2007 et avant même d’avoir reçu l’investiture décide de mettre fin à cette coutume et récupère à son bénéfice l’usufruit de La Lanterne. Alors qu’il est sur le yacht de Bolloré en Méditerranée il appelle le directeur de cabinet de Dominique de Villepin pour faire en sorte qu’il libère sans attendre les lieux. Cela semble si important à ses yeux qu’il harcèle Bruno Le Maire pour vérifier qu’il n’y a pas de résistance. Quant à son successeur, François Hollande, il ne rétablit pas la tradition et confirme la nouvelle habitude : La Lanterne au bénéfice du président de la république. L’auteur constate : « Les occupants de La Lanterne n’ignorent pas que leur présence obéit à un calendrier. Maîtres passagers de cette maison, ils occupent un bien national, financé par la collectivité, qu’ils devront quitter au terme de leur mandat. Or, il n’est pas rare que cette demeure fasse perdre à certains la modestie seyant aux serviteurs de l’Etat. » Ceci est développé dans le bouquin. C’est intéressant car, d’après les différents témoignages collectés, ce ne sont pas forcément les dirigeants (et leurs épouses) de droite qui sont les plus exigeants avec le personnel. Certains comportements, s’ils sont avérés, se révèlent assez détestables. Le pouvoir semble faire perdre la mesure à certains élus et à leur famille.

Le livre contient des anecdotes savoureuses ; en voici quelques unes. Ainsi, Edouard Balladur exigeant que son chien mort soit enterré dans les jardins de La Lanterne. Son désir accompli, il sera contraint par son successeur de récupérer le cadavre de l’animal qu’il transférera dans son chalet de Chamonix. Autre époque : dans le salon de la demeure, Louis Garrel, l’amoureux de la sœur de Carla Bruni, roule et fume un pétard dans la même pièce que Nicolas Sarkozy. Les jeunes enfants de Laurent Fabius s’égayent dans la propriété sous le regard de la nounou. La piscine et les tennis ont été voulus par Michel Rocard qui contraint l’administration à répondre favorablement à son caprice. Ses successeurs n’y trouveront rien à redire et en profiteront à leur tour. A La Lanterne : « le président de la République, autrefois le Premier ministre, leurs épouses, leurs invités s’il y en a, les officiers de sécurité, le médecin, l’officier transmetteur, tous s’installent pour quelques heures, quelques jours. La Lanterne pétille et bruisse. » En guise de conclusion on retiendra cette phrase d’Emilie Lanez : « A La Lanterne, nos élus vivent comme des rois. » Malgré la démocratie et la république, tous les privilèges ne semblent pas abolis.

Ce récit non autorisé m’a rappelé les enquêtes de Raphaëlle Baqué Le dernier mort de Mitterrand sur François de Grossouvre et de David Le Bailly La captive de Mitterrand sur la discrète Anne Pingeot. Même volonté de s’attaquer à un sujet opaque de la république en mal de transparence. Faute de version officielle et de collaboration des services, les journalistes recherchent les témoins de première main, recoupent leurs déclarations afin de construire l’histoire. Emilie Lanez réussit plutôt bien l’exercice, même si parfois on la sent à la limite du jugement, de la dénonciation des excès dispendieux et des secrets d’état. Cependant, cette lecture roborative permet à chacun d’être éclairé sur La Lanterne !

Voilà, je vous ai donc parlé de La garçonnière de la république d’Emilie Lanez paru aux éditions Grasset.

Même si elle n'apparait pas sur les cartes La Lanterne est là

Musique de Lully

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article