Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Arrête avec tes mensonges

Le nouveau roman, autobiographique, de Philippe Besson

Le nouveau roman, autobiographique, de Philippe Besson

Aujourd’hui je vais vous parler du nouveau roman de Philippe Besson. Il est de retour avec son dix septième opus intitulé Arrête avec tes mensonges. Le format est habituel : deux cents pages d’une écriture simple et efficace. Mais, pour la première fois dans son œuvre, il ne se cache pas derrière ses personnages, il dit je. Il se met en scène lui-même dans ce roman d’apprentissage et de découverte de l’amour. Le succès de librairie est au rendez-vous, le livre est en tête des meilleures ventes. Ce texte relève-t-il de l’autofiction ou Philippe Besson nous mène-t-il en bateau en nous faisant croire que Thomas Andrieu, à qui est dédicacé l’ouvrage d’une formule sobre, belle et dramatique, A la mémoire de Thomas Andrieu (1966-2016), a réellement existé ? Peu importe, l’essentiel est la littérature et la force de cette histoire d’amour. Histoire à la fois banale, singulière et tragique.

Le roman est articulé en trois temps, correspondant à des époques successives de la vie des protagonistes. Tout commence en 1984 à Barbezieux en Charente. Le narrateur grandit dans cette petite ville provinciale dans une famille aimante et privilégiée. Il est lycéen, il se souvient : « J’ai dix-sept ans. Je ne sais pas que je n’aurai plus jamais dix-sept ans, je ne sais pas que la jeunesse, ça ne dure pas, que ça n’est qu’un instant, que ça disparaît et quand on s’en rend compte il est trop tard, c’est fini, elle s’est volatilisée, on l’a perdue, certains autour de moi le pressentent et le disent pourtant, les adultes le répètent, mais je ne les écoute pas, leurs paroles roulent sur moi, ne s’accrochent pas, de l’eau sur les plumes d’un canard, je suis un idiot, un idiot insouciant. » Dans la cour du lycée il fait fi des quolibets et des provocations de ses condisciples moquant son allure efféminée. Il connaît son orientation sexuelle et fantasme sur certains de ses camarades masculins. Notamment cet adolescent si beau auquel il n’ose s’adresser. Ce dernier, Thomas, de façon inespérée vient lui parler. Le narrateur précise : « Thomas Andrieu dit que tout devra rester caché. Que personne ne devra savoir. Que c’est la condition. Que c’est à prendre ou à laisser. Il écrase la cigarette dans le cendrier. Relève enfin le visage. » Philippe accepte les conditions, et pendant cet hiver la relation charnelle et amoureuse entre les deux garçons débute et s’épanouit. D’abord dans des endroits extérieurs, puis chez Philippe. Sa capacité d’inventivité les sauve d’une situation délicate dans la chambre tandis que la mère est prête à les surprendre. A un moment de l’histoire, Thomas prononce cette phrase courte bouleversante pour expliquer son dévolu sur son amant : « Parce que tu partiras et que nous resterons. » Dans la fougue de leur jeunesse les deux condisciples découvrent l’amour absolu. Philippe se rappelle : « L’amour, c’est des bouches qui se cherchent, qui se prennent, des lèvres qu’on mord, un peu de sang, le poil de sa barbe qui irrite mon menton, ses mains qui empoignent ma mâchoire, afin que je ne lui échappe pas. (…). L’amour, c’est les sexes dans les bouches, une certaine adresse malgré la frénésie. C’est se retenir pour ne pas jouir, tant l’excitation est puissante. C’est l’abandon, la confiance folle en l’autre. » Quelques faits marquant de 1984 ponctuent la narration. C’est notamment l’émergence du sida, la poussée de Jean-Marie Le Pen aux élections et la manifestation pour l’école libre. La mode et la musique de l’époque sont bien rendues dans ces pages. Alors que l’été arrive, Thomas va partir en Espagne dans sa famille, Philippe, lui, ira en vacances sur l’ile de Ré. Avant de se séparer, Thomas le sauvage accepte de se faire photographier. Son amant se remémore : « Je prends la photo. Sur cette photo, il porte un jean, une chemise à carreaux dont il a retroussé les manches, il a conservé le brin d’herbe entre les doigts. Et il sourit. » Fin d’une histoire amoureuse vouée à l’échec. Philippe devient étudiant, perd de vue son amoureux. Jamais il n’oubliera Thomas, dont il utilise le nom dans son premier roman. Les regrets de cette passion inachevée l’assaillent malgré sa réussite et son émancipation personnelle.

Le deuxième temps du roman se déroule en 2007 à Bordeaux. Alors que Philippe est dans la cité girondine pour présenter un roman. Il est attablé dans un bar pour une interview lorsqu’il aperçoit derrière la vitre Thomas. Ou peut-être son sosie. Il se lève et l’interpelle. En fait, ce n’est pas lui mais Lucas, son fils. Lors de cette rencontre impromptue, ils font connaissance, le jeune homme parle de son père, conseille à Philippe de l’appeler, dit que cela lui ferait plaisir. Lucas sait-il ce que Thomas et Philippe ont vécu dans leur adolescence ?

La dernière partie du roman se déroule en 2016 à Paris avec le dénouement de l’histoire dont je ne dévoilerai rien si ce n’est que Lucas, qui vit en Californie, reprend contact avec Philippe et sollicite un rendez-vous avec lui.

Philippe Besson est toujours aussi subtil, son écriture est fluide. Il raconte certaines de ses nuits fauves parisiennes et sa colocation à Los Angeles avec un acteur porno. Les scènes crues et sexuelles sont nouvelles sous sa plume. Son style minimaliste est impeccable, avec ses mots choisis il parvient à rendre les émotions et les sentiments les plus touchants. Ce roman est une formidable clé de lecture pour l’intégralité de son œuvre. C’est surtout un roman très réussi où les regrets affleurent à chaque page sans pour autant sombrer dans une noire mélancolie.

Voilà, je vous ai donc parlé aujourd’hui d’Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson paru chez Julliard.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Knoweverything 26/02/2017 17:39

Merci pour l'article je commence la lecture demain !