Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Rural noir

Polar rural de Benoit Minville

Polar rural de Benoit Minville

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à un polar intitulé Rural noir. L’auteur, Benoît Minville est par ailleurs libraire. Son look est atypique par rapport au cliché de l’écrivain : crâne rasé, longue barbe drue, oreilles percées, lunettes, multiples tatouages sur les bras. Un physique de dur au cœur tendre. Son roman est à la fois très noir et social.

Le cadre de l’intrigue est situé dans le département de la Nièvre avec quelques bourgades isolées, coins paumés et reculés de France, loin des agglomérations et de leurs opportunités multiples. La population locale est désœuvrée ; la désindustrialisation augmente, le taux de chômage est fort, tout cela restreint les perspectives d’avenir pour les plus jeunes. Comme dans les banlieues souvent stigmatisées, c’est l’économie parallèle, celle de la drogue, qui permet ici aussi quelques perfusions évitant un naufrage total. Le roman alterne le passé au début des années 2000 et le présent, les chapitres se répondent pour expliquer les événements en cours.

Les principaux protagonistes sont quatre : des potes qui à l’adolescence se sont trouvés et ont formé le gang. Ce sont des amis liés par des liens indéfectibles. Rien de violent a priori dans leur ligue amicale. Il y a là Romain, Chris son jeune frère, Vlad son meilleur copain et Julie la seule fille du groupe. Ensemble, pendant les étés de leur jeunesse, ils vont au bord de l’eau pour se baigner, discutent et interagissent dans une proximité bienheureuse. Les garçons désirent secrètement la fille, mais ce qui compte le plus c’est l’amitié affichée. Ensemble, ils s’amusent, grandissent, affrontent la vie. Les parents de Romain et Chris meurent brusquement. Après ce drame, Romain fuit on ne sait où sans explication pour son cadet à peine majeur. C’est dix ans plus tard qu’il revient sur les lieux de son enfance, orphelin de sa famille et de son passé. Pour ses potes il est toujours le Général. Son frère vit maintenant avec Julie qui est enceinte. Chris s’est engagé, il a été soldat, a fait la guerre et en a gardé des séquelles psychologiques, des troubles post traumatiques. Sa reconversion comme potier semble un pis-aller. A peine de retour au bercail, Romain apprend que Vlad vient d’être tabassé et laissé pour mort dans un champ. Les gendarmes sont chargés de l’enquête. Avec ses acolytes il fonce à travers la campagne, direction l’hôpital de Nevers au chevet du comateux. Survivra-t-il ? Au fil des conversations, Romain apprend que les activités de Vlad sont louches, il est soupçonné d’organiser des trafics de drogue dans la région. Malgré l’amitié qu’il a pour cette bande renaissante, JR, devenu gendarme, ne peut se résigner à les laisser se faire justice eux-mêmes. Il représente la loi et est le garant de la sécurité de chacun. Pourtant, il semble que le talion et la vengeance soient ce qui anime les deux frères.

Les règlements de compte entre différentes bandes rivales de dealers vont se multiplier dans ce milieu rural défavorisé. Cédric, l’associé de Vlad, celui qui par le passé a sauvé la vie de Romain, est mêlé à l’affaire. Quant à Julie, lui revient en boomerang cette tentative de viol subie dans son adolescence, ce moment destructeur qu’elle a pu surmonter en se construisant une vie, en fondant une famille. Le lien filial entre les deux frères est tendu, la confiance est proche de rompre. Difficile d’anticiper l’épilogue de ce polar.

Rural noir est un roman sombre, meurtrier et efficace. Le lecteur entre en empathie avec les personnages, même lorsque certains commettent des actes délictueux et odieux. La campagne, abandonné des politiques à l’instar des quartiers difficiles se révèle un milieu rugueux, âpre et difficile. Terre de solidarité la Nièvre est ici également une terre de misère et d’abandon social. L’argent de la drogue, aussi malfaisant soit-il, apparaît comme un substitut permettant au village de survivre, de ne pas totalement être effacé de la carte. Cette économie lucrative, frauduleuse et parallèle garantit l’activité d’un bar-restaurant peu fréquenté. Une artificielle béquille pour tenter de dissimuler la misère due au manque d’activité et de perspective.

Voilà, je vous ai donc parlé de Rural noir de Benoît Minville paru aux éditions Gallimard collection Série noire.

La Nièvre cadre du polar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article