Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Les derniers jours de René Girard

Un bref hommage à René Girard par un familier de son oeuvre.

Un bref hommage à René Girard par un familier de son oeuvre.

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à un essai intitulé Les derniers jours de René Girard. Ce récit personnel est signé de Benoît Chantre. Il travaille actuellement à une biographie de Girard qui sera beaucoup plus complète que ce bref texte qui a néanmoins l’intérêt d’inviter à découvrir l’œuvre girardienne. Ce récit est une ode et un hommage au philosophe et penseur récemment disparu. Ces deux qualificatifs sont réducteurs, il a toujours été difficile de rattacher Girard à une discipline. Français atypique il était peu reconnu par les institutions nationales alors qu’il triomphait par-delà l’Atlantique. Il s’était exilé aux Etats-Unis après guerre et y a fait une brillante carrière universitaire à Stanford. A la fin de sa vie il sera élu à l’Académie Française.

Voici quelques mots grâce auxquels le lecteur comprend la proximité et l’affinité qui lie l’auteur à René Girard. « La nouvelle tombe le 4 novembre 2015, alors que je prends un verre avec une amie dans un bar de la place de la Nation, rempli de monde, jeunes et moins jeunes, tout ce peuple des cafés qui caquette, piaille et fume, parmi lesquels nous nous sentons si bien. (…). Un coup de téléphone nous interrompt. C’est Emmanuelle. Je comprends à sa voix que c’est grave. « René est mort ce matin ». Le message vient de son fils Daniel, qui nous prévient les premiers. A charge de faire suivre ». En conclusion de ses réflexions, Chantre écrit : « René Girard est mort de sa mort humaine. Ses cendres ont rejoint sa bibliothèque. Il dort au milieu de ses livres. Nous n’avons plus qu’à les rouvrir ». Benoît Chantre raconte dans son livre sa rencontre avec Girard et son intégration au cercle d’intimes du philosophe. J’ai noté la mention de Jean-Louis Charvet, écrivain et chanteur lyrique qui avait publié L’éloquence des larmes, un bref recueil absolument bouleversant que je vous conseille.

Girard est décédé le 4 novembre 2015, ses obsèques, en la présence de ses amis, ont été célébrées quelques jours après en Californie. Cela s’est déroulé au moment des attentats tragiques du Bataclan à Paris. D’où la collision des dates et le rapprochement des deux événements dans le récit. Girard apparaît comme le prophète de l’impensable, cet inimaginable qui pourtant advient. En effet, ses œuvres ne sont pas sans lien avec la tentative d’explication de la fanatisation et de l’extrémisme d’une frange de la société au moment où le lien social dysfonctionne. Girard a été un exégète des textes bibliques dans une approche non théologique. Rappelons que l’étymologie du mot religion renvoie justement au lien. Il est à noter que son œuvre est empreinte d’un catholicisme sous-jacent pour ne pas dire omniprésent. Girard étaye la plupart de ses théories (violence, bouc-émissaire) sur les écrits bibliques. Cependant, nul besoin d’être croyant pour comprendre son œuvre et mesurer sa pertinence et son côté visionnaire. Il faut citer les titres de ses ouvrages à découvrir car ce sont souvent de formidables clés pour comprendre et analyser le monde actuel et ses dérives. La violence et le sacré, Mensonge romantique et vérité romanesque, Le bouc émissaire, Je vois Satan tomber comme l’éclair, sont à mon sens les plus emblématiques. Dans un registre différent, c’était un lecteur assidu des classiques, en particulier Proust auquel il revenait sans cesse. Girard a produit des analyses littéraires d’une grande qualité.

Voilà je vous ai parlé Des derniers jours de René Girard de Benoît Chantre paru aux éditions Grasset.

Un texte précieux de Jean-Loup Charvet chanteur lyrique mort très jeune

Un texte précieux de Jean-Loup Charvet chanteur lyrique mort très jeune

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article