Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Le triomphe d’une utopie

Un essai de Jean Viard

Un essai de Jean Viard

Aujourd’hui je vais évoquer le dernier ouvrage de Jean Viard Le triomphe d’une utopie. Il est sociologue et spécialiste du temps libre. Cet ouvrage apparait comme un bilan de plusieurs décennies de recherches. L’essai est épais et parfois un peu redondant. Néanmoins, sa lecture est fort intéressante, cela permet de revenir sur des clichés et la perspective historique proposée aide à bien appréhender la situation contemporaine. Cet ouvrage m’a rappelé plusieurs essais de Jean-Didier Urbain, sociologue cité par Viard notamment L’idiot du voyage et Sur la plage. L’objet de cet essai est ainsi présenté : « Le temps libre n’est plus le reliquat du temps de travail, il est devenu son complément, et parfois, son stimulateur. Mais on oublie trop les jeux et les déséquilibres de ces deux immenses masses de temps, de gestes et de culture quand on pense nos sociétés, nos villes, nos mobilités, notre puissance économique ou nos codes sociaux. Essayer de rétablir un plus juste équilibre est l’objet même de ce livre. »

Le sous-titre est Vacances, loisirs, voyages : la révolution des temps libres. Le pluriel de temps libres est important, cela montre bien que l’objet est polysémique. L’essentiel de l’enquête est centré sur la France. En préambule, rappelons que notre pays est la première destination touristique mondiale. Chaque année, le nombre de touristes est supérieur à celui de la population française. L’approche historique développée permet de mesurer l’évolution de la société. Avant la guerre de 1914, certains travaillaient, d’autres non, les rentiers. Le modèle traditionnel opposant temps du travail et temps de l’église était en vigueur, il n’y avait pas de place pour autre chose. 1936 est la date mythique en France de l’obtention des congés payés. C’est le Front Populaire. La dernière fois où la durée légale des congés payés a été augmentée c’est sous François Mitterrand avec l’obtention d’une cinquième semaine. On constate que les réformes qui touchent au temps de travail et au repos sont initiées par la gauche, contestées par la droite qui néanmoins les supprime peu. Voici un premier passage du livre : « Le XIXe siècle a donc inventé et imposé la journée de huit heures, le XXe pensé la semaine de cinq jours puis les vacances enfin la retraite. Ces limites, quotidiennes puis hebdomadaires, du temps ont, depuis lors, peu bougé. En 2002, les trente-cinq heures sont venues mettre du mouvement en France. La montée du salariat féminin à la fin du XXe siècle est venue bouleverser les équilibres lentement construits de 1846 à 1936. On passe en France de 50% de femmes salariées en 1974 à 80% en 2014 ». Aujourd’hui, la donne est différente, chacun travaille, ou tente de travailler, chômage oblige, et aspire aussi à avoir davantage de temps libre. Le travail représente environ 10% du temps d’une vie. Jean Viard s’intéresse donc au temps libre et à la façon dont il est utilisé. Le travail n’est plus la vie. Avant, le temps appartenait à Dieu et donc c’est le temps religieux qui organisait la vie des hommes. Désormais, le temps est à soi. Par conséquent, chacun cherche à en profiter au mieux.

L’essai est structuré autour de la notion de travail avec l’évolution de son importance dans l’histoire. Puis la notion de temps libre et plus particulièrement le tourisme et les voyages sont analysés. Comme le dit le sociologue, « les vacances tendent de plus en plus à être nos marqueurs collectifs du temps, en lieu et place des anciennes fêtes religieuses ou républicaines. (…). Le tourisme fait du voyage le but même du voyage. Chaque nouvelle année voit se répéter les mêmes gestes au même moment. » S’agissant du tourisme voici ce qu’en dit Jean Viard : « En un siècle le tourisme est devenu un secteur économique majeur : plus, même, il est parmi ceux qui ont le plus contribué avec la santé, la culture et l’éducation, au développement du tertiaire dans nos sociétés hier encore dominées par la production de biens matériels. (…). Rien qu’en France, vingt millions de personnes ne partent pas, ou très rarement. Celles-là on a tendance à les oublier : comme nombre de jeunes qui ont trop souvent à découvrir seuls le voyage, et le retour vers leurs banlieues. (…). On peut aussi dire que l’absence de vacances et de voyages asservit et exclut des espérances communes, comme hier le serf lié à la glèbe. » 40% des français ne partent pas en vacances, le processus de démocratisation est loin d’être achevé. L’analyse explore ce que sont les vacances, vers où partent les touristes. Où l’on constate que les vacances sont souvent liées aux origines familiales. Les parisiens ne sont pas les marseillais ou les landais. Les premiers sont en général adeptes du déplacement tandis que les autres, héliotropisme et attrait de la mer obligent, sont moins incités à s’éloigner de leur domicile.

En conclusion voici un dernier extrait du livre : « A nous observer vivre en vacances, bien souvent on découvre ce qui, peu à peu, va devenir des comportements communs toute l’année. L’amour du Sud, le désir de campagne périurbaine, l’amour de l’eau, de l’événement, l’érotisation des liens interpersonnels, le désir de quartiers historiques, ont été des inventions testées pendant les vacances ». L’essai de Jean Viard est passionnant, il intéressera probablement autant les grands voyageurs, les adeptes des départs au long cours, que ceux qui ne partent pas car la narration est didactique et favorise la réflexion. Dans le monde contemporain, outre le développement des virtualités liées à l’internet, il semble indispensable de favoriser lors de la formation des jeunes les voyages afin de s’ouvrir aux différentes cultures. Bien entendu, la sociologie s’intéresse aux groupes et les chiffres présentés ne couvrent pas tous les cas individuels. Les aspirations au temps libre et aux vacances ne sont pas équitablement réparties.

Voilà, je vous ai donc parlé du triomphe d’une utopie de Jean Viard paru aux éditions de l’aube.

Serge Gainsbourg et les clichés des vacances

Quelques photos de plage en Asie et en Colombie
Quelques photos de plage en Asie et en Colombie
Quelques photos de plage en Asie et en Colombie

Quelques photos de plage en Asie et en Colombie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article