Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Histoire de l'empire ottoman

Une référence sur l'empire ottoman

Une référence sur l'empire ottoman

Aujourd’hui ma chronique est consacrée à un essai intitulé Histoire de l’empire ottoman. Il a été publié sous la direction de Robert Mantran avec la contribution de dix auteurs, historiens spécialistes dudit empire. Le propos de cet ouvrage de plus de huit cent pages est de tracer l’histoire de cet empire sur plusieurs siècles. Ce sont d’abord les prémisses avec Byzance, puis la naissance et le développement de l’empire ottoman. La phase d’apogée dure peu avant le déclin et la déliquescence. Ce livre s’adresse à la fois aux étudiants qui doivent assimiler les différentes étapes historiques précises et au grand public intéressé par l’histoire de cette partie du monde. Cet article a pour ambition de donner quelques éléments clés et d’inciter à découvrir l’ouvrage. En plus de la présentation chronologique assez linéaire, trois perspectives régionales sont développées : Istanbul, les provinces balkaniques et les provinces arabes.

La date communément retenue pour marquer les débuts de l’empire ottoman est 1302, tandis que la fin elle correspond à 1922 avec l’abolition du sultanat. L’empire s’étend donc sur plus de six cent ans. Les principales étapes historiques et les sultans successifs ainsi que les grand-vizirs qui les accompagnaient pour gouverner cette région dont les frontières ont souvent bougé sont exposées. La transmission du pouvoir entre sultans se fait dès l’origine de père en fils. Cependant, les complots, les fratricides et les assassinats sont nombreux et témoignent des enjeux autour du pouvoir. Dans les premiers temps, l’empire est principalement stimulé par l’extension territoriale, c’est la période des conquêtes en Anatolie et dans les Balkans. Longtemps, Constantinople a résisté, sa prise a été réalisée par les troupes de Mehmed II, le 29 mai 1453. Cette date marque officiellement la fin de l’empire byzantin et l’instauration d’Istanbul comme capitale de l’empire ottoman. Cet empire est parfois désigné comme la Porte ou la Sublime Porte. Tout au long de la période ottomane, les sultans qui conquéraient des territoires laissaient une assez grande autonomie aux peuples soumis. En effet, les traditions pouvaient être très différentes de ce qui prévalait en terre d’islam, notamment en ce qui concerne l’usage de la langue, l’art et les systèmes d’imposition. Certes, chaque province devait verser au sultan sa quote-part mais une certaine flexibilité perdurait. De la même façon, la religion locale dominante pouvait toujours être pratiquée. L’empire ottoman est donc « multiculturel », il n’y a pas d’islamisation ou de turquisation à outrance.

Au XVIème siècle le sultan est un maitre absolu, représentant Dieu sur terre, il devient au XVIIème siècle un prince terrestre dont les actes peuvent être jugés et condamnés. Le XVIIème siècle correspond à la fin de la période de conquête avec le délitement et la désorganisation du pouvoir. L’histoire d’un empire si vaste à son apogée est indissociable des guerres d’extension territoriale, des victoires et de défaites. Les nombreuses cartes qui illustrent les différents chapitres permettent de prendre conscience des variations de superficie de l’empire. Quant à la chronologie annexée, elle permet de retrouver l’ordre et les noms des sultans. Le démembrement progressif de l’empire ottoman met en exergue la rivalité des grandes puissances (Russie, Angleterre, France, Autriche, Allemagne) en vue d’établir leur influence sur l’Europe balkanique et les pays riverains de la Méditerranée orientale et méridionale. En 1876, la première Constitution ottomane est proclamée. Ceci fait suite au mouvement de réforme appelé Tanzimat qui correspond à quarante ans de réformes marquant le démarrage économique, l’essor culturel, la sécularisation et la modernisation des institutions, le progrès dans le domaine des droits de l’homme. Vers 1880, l’empire ottoman a une nouvelle physionomie : il est asiatique et musulman ; l’influence européenne et chrétienne est en net recul. Dans tous les domaines de la culture la modernisation de l’empire ottoman s’accomplissait dans les villes à vive allure et l’européanisation des classes dirigeantes était fort avancée. Mais les campagnes et les quartiers urbains populaires restaient encore dans un monde culturel traditionnel, façonné par des siècles d’islam conservateur. Ce sera le défi de Mustafa Kemal Ataturk, mais nous sommes au-delà de la période couverte par le livre, de réussir la transition de l’empire ottoman vers la Turquie naissante.

Le lecteur contemporain peut être dérouté par les appellations de certaines régions ou villes qui ont aujourd’hui changé. Les cartes aident néanmoins à situer la Roumélie, les différentes entités balkaniques et les régions orientales turques. Le choix éditorial, sans doute lié aux multiples contributions, alterne des chapitres chronologiques et d’autres thématiques. Ceci peut paraître déroutant puisque la structure évolue au fil des chapitres. Cela induit certaines redites sans réelle plus-value et au final un manque de cohérence de l’ensemble. Malgré ces remarques de forme cet ouvrage est une référence très bien documentée dont la lecture est agréable.

Voilà, je vous ai donc parlé d’Histoire de l’empire ottoman de Robert Mantran paru aux éditions Fayard.

Ankara : juin 2016 mausolée Ataturk
Ankara : juin 2016 mausolée Ataturk
Ankara : juin 2016 mausolée Ataturk
Ankara : juin 2016 mausolée Ataturk

Ankara : juin 2016 mausolée Ataturk

Constantinople devenue Istanbul

Mozart et la marche turque

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article