Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Intimidation

Le nouveau polar glaçant d'Harlan Coben

Le nouveau polar glaçant d'Harlan Coben

Aujourd’hui ma chronique est consacrée au dernier polar d’Harlan Coben intitulé Intimidation. L’auteur est un expert du genre, il a publié une quinzaine de romans policiers dont Ne le dis à personne mis en scène au cinéma par Guillaume Canet. C’est indéniablement un auteur à succès qui sait tenir son lecteur en haleine dans ses thrillers vendus à des centaines de milliers d’exemplaires et traduits dans le monde entier.

Intimidation est un roman angoissant qui fait la part belle à la traque du mensonge sous toutes ses formes et qui montre qu’internet possède une mémoire sans faille qui peut contribuer à générer bien des ennuis en contribuant à divulguer des choses qui avaient vocation à demeurer cachées. Le roman commence par une rencontre a priori anodine. Un inconnu anonyme s’adresse à un homme qui ne l’a jamais vu en lui parlant rapidement de choses intimes qui interpellent. En quelques phrases anodines il en vient à révéler un secret. Ce procédé sera réitéré à plusieurs reprises auprès de différents interlocuteurs.

Adam Price, un avocat que la vie rend heureux, apprend de la bouche de ce jeune homme inconnu à l’allure de geek que la troisième grossesse de sa femme était inventée. Cette grossesse avait conduit à une fausse-couche. On imagine le choc à l’annonce d’une telle révélation. Le mari stupéfait est confronté à une révélation surprise qui va bouleverser sa vie. Corinne, son épouse, la mère de ses deux garçons est-elle une mythomane, une affabulatrice ? Est-il possible qu’elle lui ait menti ? Et si oui, pourquoi ? Que s’est-il passé ? Adam est submergé par les questions sans parvenir à y répondre. Son enquête préliminaire sur internet semble confirmer les faits. Il trouve en effet un site, « grossesse-bidon.com », qui propose des échographies factices, des prothèses de ventres proéminents, tout l’attirail permettant de créer de toute pièce une histoire crédible. Il doit provoquer une discussion avec Corinne maintenant qu’il a la preuve qu’elle s’est connectée au site et y a effectué des achats. Peu après leur dispute, elle disparait. S’il appelle la police il sera suspecté. Elle lui envoie juste un SMS sibyllin, lui demandant de lui laisser du temps et de prendre soin des enfants. Adam ment d’abord à ses fils, espérant un retour rapide à une situation normale. Mais son épouse ne revient pas. Avec l’aide de son ainé, il traque son portable, plus tard la voiture sera localisée par la police prévenue mais Corinne restera introuvable.

Cette histoire bouleversante n’est qu’un des maillons du polar. Ailleurs aux Etats-Unis, le même inconnu aborde une mère de famille. Sa fille est étudiante et vit désormais loin de chez ses parents. Nouvelle vérité révélée sans préambule, abruptement : il assène à cette femme sans le moindre ménagement que sa fille rencontre des hommes âgés, moyennant rétribution. Autrement dit, elle s’adonne à la prostitution pour subvenir à ses dépenses. Chamboulée, la mère appelle sa fille, et sous le sceau de la discrétion obtient la confirmation des dires de l’inconnu.

Le lecteur au fil des chapitres sera confronté à d’autres annonces similaires donnant parfois lieu à des demandes de rançon. Qui sont les criminels à la manœuvre, que veulent-ils dénoncer en traquant les failles, les arrangements et les mensonges individuels ? Voici quelques citations du chapitre 45, qui permettent de comprendre ce qui les anime. Bien entendu, afin de ne pas divulguer l’identité du ou des coupables ces passages sont censurés de tout nom de protagoniste : « le protocole d’usage était simple. On déterre un secret inavouable sur un individu lambda par le biais du Net. La personne a le choix. Soit elle paie, soit elle refuse de payer auquel cas son secret est dévoilé. (…). Le résultat final était ou bien lucratif (la personne payait), ou bien cathartique (elle avouait). (…). Un secret révélé n’est plus un secret. (…). Un secret était comme un cancer. Ça vous mine de l’intérieur pour vous réduire à l’état de coquille vide. » Le lecteur découvrira qu’un secret intime habite aussi celui qui se veut le chevalier blanc de la vérité à tout prix et qui prononce ces injonctions. Dans ce polar haletant, une réflexion morale apparait en filigrane : doit-on tout dire, la transparence absolue est-elle une vertu ? A l’inverse, ne peut-on pas considérer que chacun a droit à son jardin secret, ses mystères voire sa part d’ombre ? Pour les lecteurs qui en douteraient Coben montre que la mémoire d’internet ne s’efface pas, chaque acte laisse des traces, indélébiles et accessibles (plus ou moins légalement) à qui sait contourner les fausses pudeurs de la toile. Glaçant. Comme les morts qui scandent les pages de ce roman contemporain.

Aujourd’hui je vous ai parlé d’Intimidation d’Harlan Coben paru aux éditions Belfond.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article