Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Le chaste monde

Un roman de Régine Detambel

Un roman de Régine Detambel

Aujourd’hui, je vais évoquer le dernier ouvrage de Régine Detambel intitulé Le chaste monde. Jusqu’à récemment cette auteure m’était inconnue. Il a suffit d’une interview télévisée pour que j’aie envie de découvrir son roman à connotation historique dont le héros est largement inspiré d’un grand homme qui vécut à cheval sur les dix huitième et dix neuvième siècles. Le lecteur pourra trouver le titre paradoxal. En effet, il est beaucoup question de sexualité dans ces pages parfois brûlantes de désir. Mais qu’importe, le sexe comme l’amour sont part intégrante de la vie. Il s’agit même bien souvent d’un formidable moteur. En tout cas il ne saurait s’agir d’un roman sur une communauté monacale.

C’est l’histoire d’Axel von Kemp qui est narrée ici. Le modèle du personnage est Alexander von Humboldt. On peut se demander pourquoi l’auteur a choisi d’en changer l’identité. Rappelons que le romancier, tant qu’il a du talent, a tous les droits, notamment celui de travestir la vérité historique afin de transporter son lecteur et de lui raconter une histoire à laquelle il s’identifie. Berlinois, Alexander est un géographe, naturaliste et explorateur. A son époque le monde était à cartographier, à inventorier et à découvrir, il y a largement contribué. Donc venons en à Axel puisque c’est lui le protagoniste du roman. Il est également allemand. Dès son jeune âge il se passionne pour les sciences et rêve de voyages. Il se trouve qu’il manifeste également un goût prononcé pour les garçons. Il ne s’en cache pas particulièrement, sa sexualité exacerbée ne l’empêche pas d’être brillant et érudit.

Attention, oreilles chastes prenez garde je vous dévoile de courts extraits hautement explicites : « Axel est incandescent, il doit être malade. A dix-neuf ans, tout ce qu’un homme peut faire avec un autre homme, dans un lit, sur une table, contre un mur, dans l’encoignure d’une porte, ou dans l’herbe ou dans l’eau, il l’a fait. (…). N’ayez pas honte, fait Forster, on peut foutre son homme, à l’occasion. Mon vit et mes couilles m’appartiennent, et que je les mette au civet ou au court-bouillon, personne n’a le droit de réclamer contre l’usage que j’en fais ». Ne vous y trompez pas, même si les descriptions des ébats homosexuels sont présentes dans le texte, cela s’estompe peu à peu. En effet, Axel va rencontrer Lottie une jeune juive trop tôt mariée avec laquelle il va nouer une étonnante relation. C’est d’ailleurs en sa compagnie qu’il réalisera ses expéditions sud américaines. Sans rien révéler, disons que le tragique ne sera pas absent de certaines épopées. Il y aura la remontée de l’Orénoque au Venezuela pour en trouver les sources. Et aussi, toujours sur le continent sud américain, l’ascension de sommets andins, sous les frimas climatiques. La nature est omniprésente, qu’elle soit hostile et pénétrante comme dans la jungle avec les maladies et les insectes, ou qu’elle soit plus aride et déchirante sur les pentes enneigées et dangereuses.

Le lecteur est emporté par les descriptions naturalistes très réussies. Un passage poético-scientifique consistant en l’accumulation de mots qui constituent des listes qui font sens rend grâce du style de Detambel. On peut songer à Umberto Eco et à ses longues et incroyables énumérations : « Deux baromètres pour la pression atmosphérique, dont l’un se loge dans une canne creuse s’ouvrant en trépied, un hypsomètre pour évaluer les modifications de la température d’ébullition de l’eau selon l’altitude, un théodolite pour déterminer la position de la surface du globe par rapport aux astres, trois sextants dont un pliant, un inclinomètre pour mesurer le magnétisme de l’air, un hygromètre à cheveux qui enregistre l’humidité, une bouteille de Leyde destinée à stocker des charges électriques, et un cyanomètre pour mesurer le bleu du ciel, sans compter des boussoles, une lunette astronomique, des thermomètres ». A la lecture de ces paragraphes, le lecteur est emporté, il se fait marcheur et compagnon discret de cette expédition avec tous ces instruments indispensables pour remplir la mission scientifique. Sans conteste ce roman m’a surpris et ému. Pour terminer, deux brèves citations sur lesquelles je vous laisserai tranquillement méditer : « Et puis le sexe n’est pas pour les savants. Du reste à Paris les savants ne se marient pas. (…). Les amants ne rêvent jamais l’un de l’autre. Quand on commence à se rencontrer en rêve, c’est que l’ardeur est déjà nettement refroidie ».

Voilà, je vous ai donc parlé de Chaste monde de Régine Detambel paru chez Actes Sud.

En terre Colombienne
En terre Colombienne
En terre Colombienne

En terre Colombienne

Alexander Von Humblodt : inspirateur du protagoniste du roman

Alexander Von Humblodt : inspirateur du protagoniste du roman

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article