Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

Danseur

Un roman autour de Rudolph Noureev

Un roman autour de Rudolph Noureev

Aujourd’hui je vais évoquer un artiste majeur du vingtième siècle grâce au roman dont il est le héros. Il s’agit de Rudolf Noureev, danseur étoile au destin extraordinaire. Je n’ai jamais eu la chance de le voir sur scène, je connais son histoire, quelques faits marquants de sa vie et les vidéos de ballets. J’ai notamment lu après sa mort une biographie éponyme de Peter Watson. Mais revenons à cette biographie romancée sobrement intitulée Danseur. C’est un récit où les personnages de fiction sont inspirés de personnages réels. Plus de cinquante ans de vie sont exhumés. Les lieux sont importants le lecteur est transporté à Oufa, Londres, Paris, Caracas, Leningrad et New-York.

Rudih danse pour vivre et vit pour danser. C’est certes une formule, quasiment un slogan mais cela apparaît tellement vrai. Sa vie s’organise autour de la danse, toujours. Qu’il soit un jeune prodige, un danseur reconnu, un directeur craint et respecté, cela se vérifie quelle que soit sa douleur, il s’obstine à danser. La scène est son refuge privilégié. Son talent est incroyable, mais à ses débuts il doit beaucoup travailler pour façonner ce corps rude de tatare à la silhouette éloignée des canons de la danse classique. Voilà une description de son arrivée à Leningrad. « Il avait le teint clair, les épaules étroites, un visage à la fois angélique et effronté. Le vert et le bleu se disputaient ses yeux, des yeux qui balayaient sans cesse la chambre, sans se poser assez longtemps nulle part, semblait-il, pour s’en imprégner. Il dévorait plus qu’il ne mangeait, et il restait droit sur sa chaise. » Commencée en Russie, sa carrière se poursuivra en occident. En 1962, c’est l’exil vers l’ouest avec à l’issue d’une tournée européenne la demande d’asile en France suite à son refus de reprendre l’avion au Bourget. Pour les russes ce sera la trahison absolue. Il faudra des années, et la glasnotz, pour le laisser retourner sur sa terre natale. Nul doute que sa détermination à vivre sa vie comme il l’entendait, c’est-à-dire sous le signe de la liberté et du plaisir lui a coûté cher puisqu’il a été interdit de contact avec sa famille. Il restera des décennies sans revoir sa mère adorée. En occident, il réussit, triomphe, devient immensément riche. Il s’achètera une île en Méditerranée et de nombreuses toiles et statues qu’en amateur d’art éclairé il apprécie.

Le roman propose une formidable galerie de portraits qui sont là pour mettre en valeur le protagoniste dont on découvre ainsi la personnalité multiple. On croise ainsi Margot Fonteyn, l’étoile anglaise, partenaire attentive. Eric Bruhn, splendide danseur scandinave, avec qui Noureev vivra une vraie passion amoureuse. C’est l’élu de son cœur même si on verra que sexuellement son appétit semble inextinguible. La gouvernante parisienne de Rudolf est un personnage central qui contribue à organiser la vie du maitre. Les pieds des danseurs souffrent en permanence, aussi les chaussons ont une importance extrême, Rudolf devenu star n’accepte que les modèles faits par son chausseur londonien qu’il n’hésite pas à faire venir chez lui en urgence pour confectionner des pièces uniques. La mère de Rudih a compris très tôt sa passion pour la danse et a écouté le professeur qui voyait en lui un talentueux élève. Avec l’exil de son fils ils resteront longtemps sans se voir. La scène des retrouvailles est bouleversante. Il y a les larmes de Rudih, son émotion à fleur de peau. Son masseur Emilio qui au moment de la déchéance, quand le corps souffre le martyre doit tenter de relaxer et stimuler le danseur qui doit se produire sur scène.

Le portait est aussi celui de l’homme, dont les gouts sexuels sont sans ambiguïté. Sa sexualité est débordante, il aura des amants par centaines, peut-être même par milliers. Jamais le mal dont il sera victime n’est mentionné dans le roman, rappelons qu’au début des années 90 un certain tabou planait encore dans la société. Voici un bref extrait évoquant les excentricités sexuelles du protagoniste. « Le soir où Rudi s’est suspendu, nu, à un lustre d’un million de dollars, la fête où Rudi s’est rasé le pubis avec le rasoir d’Andy Warhol, qui l’a vendu ensuite au plus offrant, le jour où Rudi a préparé un repas pour ses amis, mis un peu de sa semence dans la sauce hollandaise, et appelé ça une recette russe secrète, le vernissage après lequel Rudi a fait l’amour avec trois garçons dans une baignoire remplie de billes passées au lubrifiant ».

C’est donc un joli roman, qui dit l’essentiel de la vie de Noureev, en dévoilant son goût immodéré pour la danse et des bribes de son intimité. Il me semble qu’il n’est pas nécessaire d’être balletomane pour l’apprécier, chacun pourra y trouver un intérêt.

Voilà, je vous ai donc parlé de Danseur de Colum McCann paru aux éditions Belfond.

Merveilleuse musique de ballet romantique

Rudolph Noureev danseur émérite (avec Erik Bruhn)
Rudolph Noureev danseur émérite (avec Erik Bruhn)
Rudolph Noureev danseur émérite (avec Erik Bruhn)
Rudolph Noureev danseur émérite (avec Erik Bruhn)

Rudolph Noureev danseur émérite (avec Erik Bruhn)

Un incontournable du ballet classique

Région de naissance du danseur fantastique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article