Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Culture tout azimut

Culture tout azimut

Ce blog Culture tout azimut vous propose des articles sur des livres récemment lus. Les lecteurs sont invités à partager leurs points de vue.

La secrète

Un roman sud américain, une grande sage familiale

Un roman sud américain, une grande sage familiale

Aujourd’hui je vais vous parler du dernier roman d’Hector Abad La secrète traduit de l’espagnol par Albert Bensoussan. Hector Abad est colombien et il est possible de lire en français un précédent roman intitulé L’oubli que nous serons. La Colombie, son pays d’origine, est au cœur de ce roman, qui est une saga familiale incarnée à travers l’histoire de la propriété qui donne son titre au roman : la secrète. Cette propriété est située dans la province d’Antioquia au nord ouest du pays.

De facture classique, le texte est orchestré par trois narrateurs les enfants d’Ana la mater familias qui vient de mourir. A tour de rôle les points de vue se succèdent. Eva veut vendre tandis que Pilar et Antonio tiennent absolument à ce que la secrète reste au sein de la famille Angel. L’argent pour gérer la ferme manque, il leur faudra donc prendre une décision. Pilar, Eva et Antonio vont raconter l’histoire de leur famille et remonter le fil des siècles de cette histoire intime. Tout commence au XVIIIème quand les ancêtres juifs venus d’Espagne et menés par Abraham Santangel fondent le village de Jerico proche de la région de Medellin. Ils ont le projet utopique de créer une nouvelle société. C’est là que la secrète sera érigée puis, au fil des générations, embellie et transformée. Au moment du roman les trois sexagénaires laissés orphelins par la disparition d’Ana se demandent ce qu’il faut faire de la demeure. Pilar la plus traditionnaliste des trois y vit et n’envisage pas une seconde de se séparer de la maison. Son cœur bat au rythme de cette maison familiale. Eva, quant à elle, a failli mourir jadis dans ces parages, elle a donc une relation ambivalente au lieu. Elle n’a dû alors la vie sauve face aux guérilleros qu’à son courage et à sa capacité de nageuse pour s’échapper dans les eaux noires du lac. Fuyant, elle ne trouvait aucune aide dans le voisinage méfiant. Antonio, lui, s’est exilé à New-York depuis de nombreuses années, il y vit en paix aux côtés de Jon son amant. Attaché à la maison il a un temps entretenu le rêve illusoire de revenir en Colombie plus souvent que pour les fêtes de Noël. Mais il finira par comprendre que les engagements de Jon ne sont que de fausses promesses, ce dernier préfère une résidence secondaire aux Etats-Unis, Antonio devra donc choisir entre son amour et ses racines.

Jerico a été le cadre d’exactions de milices pendant les années de plomb de la Colombie et la famille Angel (le nom a été modifié quelques années après l’installation des pionniers pour sonner moins juif) a souffert. Ainsi un des petits-fils d’Ana a été enlevé et une demande de rançon a été envoyée à la famille. C’est alors la mobilisation, notamment grâce à l’aide de Jon et de la vente de ses toiles pour réunir la somme qui doit permettre de sauver le jeune homme otage. Ce temps de la guerre en Colombie constitue une partie importante du roman. Mais la situation s’apaise et la reconstruction prend place avec le retour vers la demeure familiale où Ana s’installe.

Dans le roman chaque narrateur a un rôle déterminé, l’imbrication des récits permet au lecteur de s’y retrouver et de reconstituer l’histoire familiale qui est souvent corrélée aux difficultés du pays. Antonio en féru d’histoire s’attarde sur le passé le plus lointain et retrace la généalogie de ses ancêtres. Pilar est l’opposé de sa sœur. Elle est pieuse et fidèle à son mari quand Eva a multiplié les amants au cours de sa vie et n’a eu que tardivement un enfant unique. Un même sang les lie, une histoire familiale commune les attache et malgré leurs divergences les enfants ne rompent pas le dialogue.

La secrète représente pour la famille le lieu de la jeunesse et des souvenirs. Une sorte de paradis perdu que l’on a tendance à idéaliser. Il faut un événement douloureux, la disparition de la mère, pour oser se questionner, se demander si se séparer des terres et de la bâtisse est envisageable, autorisé. Chacun répond à cela avec sa personnalité et son existence personnelle en dehors du cadre familial. Même s’ils ne sont pas d’accord les héritiers ne se disputent pas, ils restent raisonnables, sans pour autant partager un point de vue unique. Chacun se respecte et fait preuve d’empathie pour comprendre l’autre et ses motivations intimes. C’est un roman touchant, allégorique avec parfois le baroque et l’exubérance latino-américains. Le lecteur découvrira dans l’épilogue du roman ce qu’il adviendra de la secrète et des liens familiaux entre les enfants et leur progéniture. C’est un roman sud américain de la lignée des plus grands, notamment Gabriel Garcia Marquez.

Voilà, je vous ai donc parlé aujourd’hui de La secrète d’Hector Abad paru chez Gallimard.

L'essentiel du roman se déroule en Colombie où est située la demeure familiale

Quelques vues de Colombie
Quelques vues de Colombie
Quelques vues de Colombie
Quelques vues de Colombie

Quelques vues de Colombie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article